jeudi 18 juin 2009

Columbo: Double Shock


alias : Columbo - Double choc
1973
Cinéaste: Robert Butler
Comédiens: Peter Falk - Martin Landau - Dabney Coleman - Jeanette Nolan - Tim O'Connor - Julie Newmar - Paul Stewart
Il y a dans ce téléfilm de quoi prendre son petit pied et pourtant je ne peux m'empêcher de peu le goûter. C'est plus fort que moi, cette histoire de jumeaux ne me convient pas. Il y a quelque chose qui cloche et je crois savoir quoi : le procédé de mise en scène qui consiste à présenter Martin Landau sur deux plans différents pour suggérer la gémellité. Si mes souvenirs sont bons, on a droit qu'à un seul plan où les frères jumeaux apparaissent "côte à côte". Alors je me demande si avec les nouvelles technologies d'aujourd'hui, le téléfilm aurait meilleure mine. c'est bien possible. Ou alors le fait de connaitre Martin Landau et par conséquent l'espèce de supercherie technique que la mise en scène veut nous faire avaler et qui engendre une sorte de gêne. Il est vrai que la plupart du temps les deux frères qui se haïssent s'évitent. Mais peu importe, j'ai eu du mal à entrer complètement dans cette intrigue.

J'étais bien plus attiré par le comique de situation dans lequel nous embarque un Columbo maladroit face à Jeanette Nolan, gouvernante aussi maniaque qu'autoritaire. Encore qu'à la longue, certains pourront s'en lasser parce que ce comique est très répétitif. D'autres, comme moi, se seront bien amusés à voir Peter Falk improviser dans la scène de l'émission télé culinaire.
Et puis l'énigme est intéressante. Surtout la manière dont s'y prend le lieutenant pour faire évoluer son enquête est imparable. Je trouve par exemple que l'on a bien écrit et filmé la lente maturation logique qui amène le policier à découvrir que l'accident est en fait un assassinat. A bien y réfléchir, je crains que ce ne soit le casting qui me chiffonne. Landau en jumeux, je n'y crois pas, je l'ai déjçà dit. Jeanette Nolan est rigolote mais finit un peu par lasser. Julie Newmar, la catwoman de la fin des années 60, est ici assez mauvaise je trouve ou alors son personnage a été mis en scène de manière un peu trop grossière? Peu importe son jeu est lourd.

Encore une tête qu'on a vu mille fois dans les séries télévisées américaines : Tim O'Connor, intéressant.

J'aime bien l'autre vieux de cet épisode, Paul Stewart, que l'on voit trop rapidement (il joue la victime).

A noter quelques apparitions du futur patron de Tootsie, Dabney Coleman, trop rare à l'écran à mon goût.

Au final, un Columbo pas épatant, plutôt agréable, correct. Une saison 2 qui ne se termine pas en beauté en somme.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire