dimanche 2 août 2009

Chapeau melon et bottes de cuir : Mort en vol



1962
Titre original : The Avengers : Dead on course
Titre francophone: Chapeau melon et bottes de cuir : Mort en vol

Saison 2, épisode 14

Réalisateur: Richmond Harding
Comédiens: Patrick Macnee - Jon Rollason - Liam Gaffney - Donal Donnelly - Peggy Marshall - Elizabeth Murray - Margo Jenkins



J'ai emprunté l"un des rares dvds de la série à la Médiathèque Fellini de Montpellier. Et découvre la saison 2, la forme très télévisuelle vieillotte de la série, où les moyens et la mise en scène jurent par rapport à ce que je connaissais de la série jusque là. Finalement, il n'y a pas de mal : c'est étonnant. Un objet de curiosité en quelque sorte. Et puis force est de constater qu'avec le peu de moyens mis à disposition des créateurs, ils réussissent la gageure de produire un épisode somme toute assez correct. Certes, la qualité visuelle est faiblarde. Certes font du ski, la mise en scène a quelques ratés (un mort qui cligne des yeux, une bonne sœur visiblement mâle que les Avengers ne décèlent pas, ils feraient de parfaits gogos au Bois de Boulogne)

mais peut-être que c'est le genre d'aléas que connaissent les réalisations en direct. Je ne sais pas comment ils s'y prenaient mais c'est l'impression que cela donne. "Vous n'avez droit qu'à une prise, les gars! Ça passe ou ça casse". La présentation de l'épisode en trois actes renforce ce sentiment de diffusion en direct. Je ne fais que supputer.

L'histoire en elle même me fait penser à quelque chose, mais quoi? Quel film reprend cette idée de criminels désorientant des avions depuis le sol pour qu'ils se crashent? Quoiqu'il en soit, c'est une brillante idée. L'infiltration dans la petite société villageoise et dans le couvent voisin donne cette atmosphère de complot étrange et inquiétant que les décors lugubres (cave, pub sombre, couvent) rendent encore plus sensible.
Par contre la collaboration de Steed et le Dr King laisse à désirer, manquant de complicité. L'acteur qui joue le Dr King n'est pas à proprement parler un personnage très intéressant. Steed parait un peu plus rieur ou disons moins coincé, mais l'amalgame des deux ne se fait pas bien. Un poil trop long ce récit : à partir du meurtre de Margo, il est facile de recoller tous les morceaux du puzzle. Au moins de comprendre que la mère n'est supérieure que de titre. L'exploration de ce petit monde prend un peu trop de temps, on s'ennuie un peu dans les dernières minutes. Mais au final, j'ai pris un réel plaisir à redécouvrir la série, à la découvrir encore balbutiante et puis tout bêtement à réentendre cet accent irlandais plein de roulis et de tangage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire