lundi 14 mars 2011

Diary of beloved wife : White room



2007
Titre original : Howaito rûmu

RéalisateurHisashi Saito
Comédiens: Miyabi Endô - Yôta Kawase - Chigusa Takaku - Koromo Tomosato

Notice Imdb

Vu en dvd

Lié à:
- Diary of beloved wife : Diary of devoted wife
- Diary of beloved wife : Feast
- Diary of beloved wife : naive
- Diary of beloved wife : Saucepot
- Diary of beloved wife : Smoke gets in your eyes


Encore une fois, cette série aborde des problèmes de fond, sur la sexualité dans un couple. Encore une fois donc la vidéo l'aborde d'une manière franche et directe. Peut-être même celle-ci le fait-elle de façon encore moins complaisante que les autres épisodes, avec presque une sécheresse dans le traitement qui éloigne le spectateur du genre érotique. Rien d'excitant en effet dans cette histoire plutôt mélancolique de la déchéance d'un jeune couple. Le mari s'inquiète, à juste titre, que sa femme soit aussi rétive à l'idée de le sucer.

Cette pratique suscite chez elle un dégoût immédiat et violent. Ce rejet pourrait créer un fossé entre eux. Fortuitement, son mari tombe sur une vidéo porno, semble-t-il tournée dans le nouvel appartement qu'ils viennent d'acheter, auparavant ayant servi à tourner ce genre de production.

Cet événement incongru déclenche en lui le désir de savoir le pourquoi du comment en ce qui concerne sa femme. Par un procédé psychanalytique un peu tiré par les cheveux, disons assez discutable il est vrai, il débloque son épouse.

Mais, et c'est là que je retrouve l'intelligence scénaristique de cette série, tout n'est pas parfait dans le meilleur des mondes, ils ne vécurent pas heureux. Et de se demander s'ils auront beaucoup d'enfants.

On a deux scènes importantes dans ce film. La première nous les présente face à face à la table de la cuisine en train de prendre leur petit-déj, ils ne se parlent pas, ils mangent, avec cette distance que leur désordre sexuel pourrait expliquer a priori. Mais une fois que le problème est résolu, on retrouve dans une autre très belle séquence silencieuse le couple prenant le thé dans l'escalier, elle en haut, lui en bas des marches. A la fin elle part dans une pièce à gauche, lui dans celle de droite, ils ne se sont pas échangés un seul regard ni un seul mot.

Alors que traditionnellement, pour ne pas dire naturellement on s'attendrait à ce que, une fois ce qui paraissait être le nœud gordien du couple ait trouvé une heureuse issue, l'évolution des deux jeunes gens prenne une tournure enfin complète et épanouie, le film instille plus qu'un doute, démontre par l'image qu'il n'en est rien et par conséquent que l'essence comme la pérennité d'une histoire entre deux êtres n'est pas uniquement liée à l'alchimie sexuelle. On a parfois tendance dans nos société modernes à le croire, peut-être à se laisser persuader de ça pour effectivement éluder les raisons plus profondes d'un échec amoureux. Que ce soit la vidéo d'une série érotique japonaise qui mette en exergue ce type de réflexion est une surprise ô combien réjouissante. J'ai déjà dit ici tout le bien que je pensais de la démarche de cette série... mais je vais en rajouter une couche. Ces "Diary of beloved wife" sont des petites vidéos, moyens métrages fort sympathiques, dépassant à peine l'heure mais dont la densité et l'épaisseur humaines valent bien mieux ce que le genre érotique n'a jamais atteint en Europe par exemple. Ceux qui croient résolument que l'érotisme ne sert qu'à exciter la libido du spectateur devraient considérer ces créations japonaises comme des contre-exemples pleins d'audace et de finesse, elles offrent bien davantage.

La réalisation est très sobre mais à bien y regarder elle alterne les plans, les distances, les angles et offre donc une belle richesse formelle, dans la mesure des possibilités techniques que propose la caméra numérique. Bref, cette diversité ne produit pas un spectacle opulent car beaucoup de scènes sont longues et fixes, ont un aspect finalement presque austères, dans une contemplation plutôt sereine. En tout cas ça se regarde sans déplaisir.

Les acteurs font ici aussi des prestations correctes voire très bonnes, mais bon rien de nouveau, c'est une marque de fabrique de la série. L'actrice qui joue l'épouse est assez bluffante.

Voilà une série vidéo de grande qualité que je quitte à regret. Le plus énervant, c'est la difficulté dans laquelle je me retrouve à l'heure d'avoir de plus amples informations sur les créateurs et les comédiens. Très frustrant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire