dimanche 10 octobre 2010

Columbo - Jeu de mots



1978

Titre original : Columbo - How to dial a murder
Titre francophone : Columbo - Jeu de mots

Saison 7, épisode 4

Réalisateur: James Frawley
Comédiens: Peter Falk - Nicol Williamson - Kim Cattrall - Ed Begley Jr.

Notice Imdb
Vu en dvd


Un meurtrier aussi cinéphile soit-il n'en devient pas toujours sympathique. Celui-là a la belle tête de l'imbuvable, de l'arrogant, le nombril en avant, l'ego sur-dimensionné qui croit trop en sa bonne étoile. Voilà un candidat aux petits oignons que l'on va avoir plaisir à voir se faire humilier par la sagacité du lieutenant Columbo.

En effet, Nicol Williamson

a l'allure altière, une rigidité dans le port du costume qui en dit long sur le personnage. Une antipathie naturelle émane de lui mais peut-être encore plus du mode opératoire du meurtre qu'il perpètre. Certes, le processus est génial, très ingénieux mais d'une horrible cruauté. Le meurtrier dresse ses chiens à se jeter sur un homme et le déchiqueter après avoir entendu le téléphone sonner et le mot "Rosebud" prononcé.


Le "Yes!" réjoui qui accompagne son regard fanatique, ivre de vengeance, lorsqu'il entend l'amant de sa femme se faire dévorer par ses deux dobermans fait froid dans le dos.

Tiens, j'y pense soudain, ces deux molosses ne seraient-ils pas ceux que garde Mr Higgins dans Magnum? Ca ne m'étonnerait qu'au quart.


Quoiqu'il en soit, ce meurtre avait de quoi être parfait. La maligne perversité qui sommeille en chacun d'entre nous n'a pas tôt fait de se réveiller à la découverte de ce crime, elle applaudit encore à l'ingéniosité du meurtrier, qu'elle ne peut empêcher les valeurs morales beaucoup plus puissantes d'imposer leurs volonté. En effet, Williamson joue une belle crapule. Le dégoût qu'il inspire est cependant affublé d'un autre compère, le mépris pour l'incroyable légèreté dont il fait preuve sur certains points. M'enfin, faut bien qu'il reste quelques indices pour mettre le policier sur la piste, non?


Cet excellent épisode se regarde avec passion. On cherche la petite bête avec Falk. On fouine. On a très envie qu'il trouve et rabatte son caquet à ce foutu menteur hypocrite. Le fieffé salopard est à deux doigts de récidiver sur le personne même du détective. Les adversaires qui vont jusqu'à tenter d'assassiner Columbo sont assez rares pour le signaler.

On l'a même senti très proche de tuer la jeune Kim Catrall, future miss de "Sex and the city", ici encore très juvénile. Ce n'est pas son doudou et ses joues replètes qui diront le contraire.

Cet épisode a l'avantage pour le cinéphile que je suis de ne pas lésiner sur les clins d'œil à l'ami "ciné" : WC Fields, le western et bien entendu "Citizen Kane". Le genre de petite attention qui touche. Bisous. Affectueusement votre, Alligator.

James Frawley est un réalisateur plutôt inventif sur la série jusqu'à maintenant. Certaines scènes sont très bien amenées, d'autres sont carrément bien filmées. C'est toujours un plaisir de suivre des enquêtes tournées aussi élégamment. Ici, il ajoute à cela un bon travail sur le son, notamment sur le meurtre, les battements de cœur du meurtrier et les bruits lugubres de la ville fantôme.

Je suis en revanche un peu moins friand du gag proposant Columbo qui ordonne à son chien de ne pas bouger devant une dresseuse professionnelle afin de lui prouver qu'il est un bon maitre. Le genre de comique aussi vieux que le monde et qui faisait déjà se plier en quatre les romains (remplacer le chien par un esclave).

En résumé, un des meilleurs Columbo. Cette saison 7, mon vieux, elle est terrible!

Trombi:
Ed Begley Jr.:

Tricia O'Neil:

Joel Fabiani:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire