mardi 30 août 2011

Malevil



1981

Cinéaste:
Christian de Chalonge
Comédiens:
Michel Serrault -Jacques Dutronc -Jean-Louis Trintignant -Robert Dhéry

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en dvd


Ancienne Critique :

OVNI de la cinématographie française. Pourtant soutenu par un beau casting, excusez du peu : Trintignant, Dutronc, Serrault, Dhéry, Villeret, etc. Un Mad Max à la française. Sans le Mad, ou alors une folie plus profonde, moins extravertie. Peut-être plus crédible en fin de compte. Les habitants d'une campagne française survivent tant bien que mal après l'holocauste nucléaire. Si l'on accepte cette idée de départ et l'irréelle sortie sous les radiations des "survivants", on peut suivre avec intensité leur parcours plus ou moins solidaire. Jusqu'au moment où l'on découvre le despote de l'autre communauté, totalitarisme un peu trop convenu et schématique à mon avis. Bref, un bon film avec un peu trop de facilité dans le scénario.

Nouvelle critique :

Ayé, l'ai revu! Dans une bien piètre qualité de compression : lorsque j'en faisais les captures pour cette critique, j'avais l'impression de manipuler de l'avi! Je n'ai rarement eu aussi mauvaise compression depuis un dvd. Bon, tant pis, on fait avec!

J'aimais bien ce film. Mes souvenirs confus n'en demeuraient pas moins enthousiastes. Et cette relecture n'a pas trop altéré cet état d'esprit. En dehors d'un rythme très mal maitrisé et d'une portée, d'un sens général du film dont je ne saisis pas bien tous les éléments, j'ai tout de même une nouvelle fois été fasciné par cette histoire post-apocalyptique à peu près réaliste, même si on tique forcément sur l'absence de pollutions, la relative rapidité de la nature à reprendre ses droits, etc.

Mais ce qui me subjugue encore, en dépit de la pauvreté de l'image qu'offre ce dvd, c'est bel et bien l'extraordinaire apport des décors de Marcel Douy. Je ne suis pas le seul. Christian de Chalonge profitant au maximum des paysages lunaires ou des décors de cendres préparés avec force détails et soins par l'équipe technique. Très impressionnant, d'autant qu'à l'époque ils n'avaient pas l'outil numérique. Chapeau!

Et puis, c'est également toujours un grand plaisir pour moi de suivre des comédiens tels que Michel Serrault et Jean-Louis Trintignant.

Le premier hérite d'un rôle qu'il joue de façon très sobre, comme beaucoup de personnages qu'il avait l'opportunité de jouer dans les années 1980. Il en profitait pour montrer ses aptitudes à faire autre chose que le clown.
Jean-Louis Trintignant

joue ici un personnage très froid, un fou furieux dont le regard métallique, le front blanc et les cheveux plaqués sont les signes d'un rigorisme sectaire dangereusement édifié en monument tutellaire pour une petite communauté de survivants sur laquelle son emprise se maintient par la violence. Un rôle très impressionnant effrayant. Il est parfait.
Les participations de Jacques Villeret

et de Jacques Dutronc

sont moins marquantes mais que dire de celle de Robert Dhéry que l'on voit et reconnait à peine.

Alors si le film est un peu mal foutu -dans son montage, je pense -il reste un Objet Visuel Non Identifié, une rareté dans le cinéma français, une curiosité à voir.

Trombi:
Hanns Zischler:

Pénélope Palmer:

Emilie Lihou:

Jacqueline Parent:

Jean Leuvrais:

Guy Saint-Jean:

Reine Bartève:

Eduard Linkers:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire