mardi 30 août 2011

Une pure affaire



2011

Cinéaste:
Alexandre Coffre
Comédiens:
François Damiens -Pascale Arbillot -Gilles Cohen -Laurent Lafitte

Notice Imdb
Notice Cinéprofil
Vu en dvd

Une pure affaire n'est pas une pure comédie. Je m'attendais à rire, ou du moins sourire, or le film propose d'abord quelque chose d'assez sinistre : la morne et humiliante existence de David (François Damiens).

Petit avocat sujet de dédain de la part de ses collègues ou de sa famille, cet homme invisible subit cela sans broncher jusqu'au jour où il tombe sur un sac plein de dope, abandonné par un dealer qui vient se faire coffrer. Étant sans pognon, il en vient à reprendre le marché du dealer.

Entrainant sa femme (Pascale Arbillot) avec lui, la première partie du film raconte donc le renouveau du couple en même temps que l'affirmation du bonhomme. Enfin la vie lui sourit.

Bien entendu, ce chemin va s'avérer caillouteux. Bien mal acquis ne profite jamais. Un gros rocher lui barre le chemin de la félicité : le chef du dealer vient reprendre son dû et faire pénétrer le couple, sa famille et leurs connaissances dans un tout autre genre d'histoire.

Le film prend alors des airs de film noir. L'atmosphère devient oppressante. La violence du milieu de la drogue s'immisce entre le couple, entre chaque membre de la famille. Le danger de mort que laisse planer continuellement le mafieux (Gilles Cohen)

-lequel joue superbement la main de fer dans un gant de velours- asphyxie en ce qui me concerne la moindre émotion souriante. La tension perdure et ne laisse que trop peu de place à un éventuel bien-être. C'est un peu ce qui m'a gêné. Je n'ai pas réussi à me décrotter de ce trouble. Oser mêler comédie et suspense est un pari courageux mais j'avoue que ça n'a pas fonctionné ici pour moi.

Néanmoins j'ai pu apprécier certains comédiens. En premier lieu, Gilles Cohen, dont j'ai vanté plus haut les mérites.
Mais également Pascale Arbillot

qui est pour moi une des plus belles actrices françaises du moment, un charme fou, mais pas uniquement, elle est dotée d'un talent convaincant qui la rend maitresse de son jeu, toujours très fin dans sa composition.
Je découvre -encore que sa tête me dise quelque chose- la jeune Anne Duverneuil qui est assez bluffante, très naturelle dans sa révolte adolescente, sans en faire des tonnes.

J'aime beaucoup François Damiens mais il y a là un truc qui ne passe pas. Je ne saurais dire quoi exactement, mais à aucun moment je ne le sens à sa place dans ce rôle. Dommage.

Un drôle de film donc, qui me laisse sur ma faim. Une relative déception dans la mesure où je n'en attendais pas non plus des monts ni des merveilles.

Trombi:
Laurent Lafitte:

Didier Flamand:

Nicolas Boulifard:

Elise Larnicol:

Nicolas Marié:

Pom Klementieff:

Anna Sherbinina:

Marc Rioufol:

François Civil:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire