mercredi 1 décembre 2010

Come to my bedside


1975
alias: Der må være en sengekant
alias: Come to My Bedside

Cinéaste: John Hilbard
Comédiens: Søren Strømberg - Ole Søltoft

Notice Imdb
Vu en dvd



Après m'être essayé au porno danois avec "Club privé pour vierges suédoises" et avoir constaté une certaine impuissance à sourire devant ses gags grotesques, je me suis donné une seconde -et je crains dernière- chance avec celui-là.

Je reconnais tout de suite certains comédiens. L'humour y est moins gras et pataud. M'enfin ça me cause toujours pas dans le creux de l'oreille et encore moins ailleurs. L'humour y est moins physique mais le canevas est toujours aussi simple et bien entendu aussi paillard. Je crois que le genre comique-porno de ces productions n'est pas fait pour moi.

Ce qui continue de m'étonner c'est que le film est d'abord et principalement orienté vers le comique, l'érotisme en seconde nature, puis la pornographie venant ensuite comme un ingrédient de décoration. Aussi les plans explicites sont-ils somme toute assez rares.

On est beaucoup plus dans le bavardage et le comique de boulevard basé sur les échanges vaudevillesques avec les amants dans le placard. C'est peut-être même plus vaseux que ça pour tout dire. Deux histoires se chevauchent et alimentent le film de situations qui auraient pu être affriolantes. D'abord un couple se sépare parce que le mari a osé demander à sa prude femme de le prendre en bouche. La gredine finira par se délurer dans les bras d'un photographe et découvrira les joies du saphisme après un petit cat-fight des familles, amené de la façon la plus artificielle qui soit.
En parallèle se joue l'avenir conjugal de deux couples voisins. Les époux bavardant naturellement dans le jardin fomentent un plan grivois pour s'échanger leurs femmes sans qu'elles s'en aperçoivent à la faveur de la nuit.
Dans la tradition de ces histoires paillardes qui jadis excitaient l'imagination et qui se racontaient à la veillée -j'exagère à peine- elles apparaissent aujourd'hui très vieillies. Mais je crains surtout que personnellement ce ne soit pas ma tasse de thé, simplement.

A celles et ceux qui apprécient ce genre d'humour coquin, je concéderais volontiers que les comédiens ne sont pas trop mauvais -on s'attend tellement à pire- et que la photographie est agréable.

Il n'empêche que ça manque un peu de rythme tout de même. Bref, un film pas très intéressant qui s'adresse à un public averti de fins connaisseurs.

Trombi:
Søren Strømberg:

Annie Birgit Garde:

Ole Søltoft:

Vivi Rau:

Paul Hagen:

Mette Von Kohl:

Lise-Lotte Norup:

Kirsten Passer:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire