mercredi 13 septembre 2017

Garde à vue



1981

Titre original: Garde à vue

Cinéaste: Claude Miller
Comédiens: Michel Serrault - Lino Ventura - Romy Schneider - Guy Marchand

Notice SC
Notice Imdb

Vu en dvd

----------------------



Aussi loin qu’il m’en souvienne, j’ai toujours aimé ce film. Quand j'étais enfant, j'avais fait l'acquisition auprès d'un collectionneur des 150 premiers numéros de la revue Première et j’ai encore en mémoire des images du reportage effectué sur le tournage en studio, des photos de Lino Ventura, de cette couleur, de cette photographie sombre, pluvieuse et glacée qui m'avait subjugué.

Et la première fois que j’ai vu le film, cette fascination ne s'était pas démentie. Au contraire, elle s'était accentuée. Les images concordaient, avec la tension du film, la noirceur de l'histoire, le glauque qui émanait des personnages. Je revois encore et toujours le regard sidéré de Ventura à la fin du film : l'incompréhension, le profond gouffre qui le sépare du couple dysfonctionnel Serrault/Schneider.

Je suis aujourd'hui très admiratif du soin et de l'intelligence de la mise en scène de Claude Miller, comment il a su mettre en place des éléments foutrement efficaces pour formaliser la pesanteur de son huis clos, l'air vicié et surtout, l'écart a priori très distant entre l'inspecteur et son suspect, entre le fonctionnaire et le notable.

Je dis bien “a priori” : la mise en scène, le talent des comédiens parviennent à mettre juste ce qu'il faut de subtilité pour qu’un semblant de complicité puisse relier les 2 protagonistes. Complicité est peut-être un terme un poil trop excessif, mais les deux hommes parviennent à établir un contact évident. Le flic peut comprendre, au moins approximativement, ce qui se joue jusqu'au dénouement surprenant.

Les dialogues de Michel Audiard forment un joli écrin à ces rapports tout en ambiguïté, ces faux-semblants et fanfaronnades désespérées du côté du “gardé à vue”. Sans échapper cependant à sa nature gouailleuse et un peu comique, embrassant souvent une ironie mordante, le texte se charge de suite d'une noirceur bienvenue, toujours maîtrisée. Audiard dans ses élans humoristiques, dans ses mots d’esprit comme dans la gravité ou l'intimité de certaines scènes nous sert toujours une langue pleine de superbe, sûre de son style littéraire, des dialogues incisifs, violents, malins et tout simplement beaux. Du grand art, servi par deux comédiens d’exception.

La rencontre Serrault Ventura peut piquer la curiosité du connaisseur. Et l’harmonie des échanges est bel et bien le signe que la rencontre se déroule parfaitement. Surtout, les deux acteurs sont d'une justesse incroyable parvenant à jouer sur les nuances pour que les personnages s'adaptent l'un à l'autre dans leur jeu du chat et de la souris sans qu'on sache bien parfois qui fait le chat. C'est très fort.

Mais peut-être faudrait-il souligner que la partition qui demande le plus de dextérité, la plus difficile à tenir sans se vautrer dans la caricature est bien celle de Michel Serrault.
Le comédien donne de la mesure à son interprétation. Il est sans doute au sommet de son art, faisant balancer son personnage entre mélancolie, désespoir, colère et grands coups de menton altier.

Face à lui, Lino Ventura,
comme d'habitude à l'économie, reste sobre malgré la lassitude qui envahit peu à peu son personnage. Sa rigueur professionnelle et les circonstances tragiques qui pèsent sur l'enquête ne l'empêchent pas malgré tout de voir naître progressivement une forme d'empathie pour son suspect.

D'autant plus que ce dernier forme avec son épouse (Romy Schneider)
un couple tellement étrange, un couple nimbé d’une aura malheureuse, puante, morbide pour tout dire, où la folie du désespoir n’est pas très loin. L’actrice a finalement un petit rôle un peu en retrait, tapie dans l’ombre, alors que son personnage est crucial pour tout comprendre de cette histoire. Dans le mystère, la comédienne joue de son physique, de son regard tellement triste, presque si vide de vie qu’il en devient glacial, effrayant.

Ne pas oublier Guy Marchand : interdit d’oublier! Guy Marchand
joue un rôle qu’il a tenu très régulièrement durant les années 80, celui du français moyen, un bas de plafond, vulgaire, dangereusement limité par son intellect sommaire. Jouer le con fait partie des rôles les plus ingrats, mais également des plus difficiles sur le plan technique et sensible, or Guy Marchand a toujours su, comme ici, donner de la véracité dans ce genre très particulier. On pourrait dire de lui qu’il fait du pointillisme. Sa grande scène avec Michel Serrault où il la joue brutal est amenée par toutes petites touches dans un crescendo de violence, tapie d’abord, ensuite de plus en plus franche. Guy Marchand est un très grand second rôle du cinéma français. J’adore ce grand monsieur! Ici comme dans Coup de torchon, Tendre poulet, Coup de foudre ou L’hôtel de la plage, un grand comédien!

En préambule je disais l’attrait de cette photographie de Bruno Nuytten, de ces décors en studio, étouffants, humides de tristesse, ce malaise général, formel que le film réussit à produire.

La musique de Georges Delerue joue aussi son rôle avec efficacité. Cette ritournelle entraînante fait songer aux musiques enfantines antiques, à l’orgue de barbarie, aux fêtes foraines de jadis. Sur fond de fenêtres ruisselantes de pluie, la musique devient sinistre, lamentation. Bien vu, bien entendu.

Au final, Garde à vue est un très grand film français. Pas une scorie. Un ensemble très homogène, un grand film noir, suintant, désespéré.

Trombi:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire