jeudi 21 septembre 2017

Les trois sœurs Darnum - Sabarra



1995

Titre original : Les trois soeurs Darnum, tome 1
Autre titre : Les trois soeurs Darnum - Sabarra

Auteur: Ardem (Alain Mounier)
Dessinateur: Ardem (Alain Mounier)

Editeur: Glénat

Notice Bédéthèque
Notice SC
-----------------------



Les trois sœurs Darnum est la 2e bédé que Ardem sort chez Glénat. Elle date de 1995, c'est à dire en même temps que les premières bédés livrées chez Média 1000, mais le style est tout de même légèrement différent.

Que ce soit pour les personnages ou pour les décors, il me semble que le dessinateur a cherché à peaufiner au maximum les détails, chargeant un peu plus qu'à l'habitude ses cases. Ce n'est pas un reproche, même si j'aime bien la simplicité, l'épure de son style par ailleurs.

Ici le style est plus baroque. Sans doute que le thème s’y prête davantage ? Le monde dans lequel se déroule ce récit est futuriste. Il rappelle par sa fantaisie la vision métallique d’un Blade runner. L’imagination est sollicitée dans l’extravagance comme souvent dans le genre, c’est un risque que courent tous ceux s’imaginent l’avenir sans trop de barrières raisonnables.

Cependant, l’œuvre est tout de même avant tout erotique. Sur ce point, Ardem ne lache curieusement pas trop la bride à son récit comme il le fait d’habitude. Bien sûr, l’humiliation demeure l’essence de son histoire. Mais, si le propos est résolument pornographique, l’auteur ne manie pas non plus son crescendo habituel dans la violence des rapports humains. Certes, les dialogues sont parfois très crus, ne lésinant pas sur l’obscène, mais Ardem a montré une capacité à dessiner bien pire sur d’autres albums.

Ici peut-être que la ligne chez Glénat ne pouvait s’accommoder d’une trop grande dureté de ton. Attention, la montée de tension existe bel et bien dans cet ouvrage, néanmoins elle n’atteint pas les niveaux que l’auteur aime à côtoyer de coutume. Peut-être d’ailleurs que c’est pour cette raison qu’il n’a pas été donné suite à ce premier épisode comme il était semble-t-il prévu, qu’Ardem était déjà allé trop loin ou qu’on ne lui a pas laissé suffisamment de liberté ?

Quoiqu’il en soit, j’ai beaucoup aimé la conduite du récit, alors qu’elle n’est pas aussi franche qu’à l’habitude. Le scénario plus compliqué exige davantage du lecteur. Les allers et venues entre les deux premières sœurs, puis à la fin avec la troisième, bousculent la.cohésion de l’ensemble, rendent difficile l’aération de l’histoire.

Ajoutons à cela un graphisme plus sombre, avec des cases volontiers plus chargées de noir par exemple. Tout cela contribue à faire de la lecture une expérience un peu plus laborieuse, mais l’immersion dans ce monde étrange, à la dépravation opulente reste très agréable. À tel point que l’on regrette que ce premier tome soit encore de nos jours le dernier de la série.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire