mercredi 27 mai 2009

Le gendarme à New York



1965

Cinéaste: Jean Girault
Comédiens: Jean Lefebvre - Geneviève Grad - Michel Galabru - Louis De Funès - Christian Marin - Guy Grosso - Michel Modo - Marino Masé - Jean Droze - Leroy Haynes - Billy Kearns - Roger Lumont - Pierre Tornade

Notice Imdb

Vu en dvd


alligatographe : Le gendarme se marie
alligatographe : Le gendarme de Saint-Tropez


Quand le gendarme se confronte à la modernité et la terrifiante perspective d'un avenir bouleversé.

L'Amérique est le miroir de notre avenir dans cette fin des années 60. Elle a 20 à 30 ans d'avance sur nous dans le système social consumériste et les français savent qu'ils vont devoir s'américaniser ; ils commencent à réaliser qu'ils goûtent les fruits de la consommation et qu'ils vont en payer un prix inattendu et peut-être exorbitant. Ce film joue sur ces peurs primales, cette peur de l'avenir, de l'inconnu. Or les États-Unis est un pays qui accumule les signes ostentatoires de sa modernité, proclame altière sa dévotion à sa propre puissance, en leader de comportement et déjà de conscience. Que ce soit l'influence de la télévision,

l'imposante masse vertigineuse des gratte-ciels

ou l'informatisation ou robotisation des outils du quotidien, tous les signes matérialistes sont à l'unisson pour martyriser le corps humain (médicalisation tout autant violente qu'incompréhensible et mystérieuse), (l'électricité se mêle de brûler les oreilles de l'indiscret)

(effets secondaires de l'ice-cream),

pour manipuler l'esprit (psychanalyse et hypnose mêlées),
aseptiser les plaisirs (viande cellophanée),

supplanter pourquoi pas la race humaine (le robot ménager qui se fait la malle).

Fufu, l'œil inquiet, tapote la carlingue de l'avion pour s'en assurer la solidité. La troupe de gendarmes n'en finit pas de se perdre dans le dédale de couloirs du paquebot. Que c'est dur de ne pas se paumer dans le labyrinthe de la modernité! C'est donc cette peur de perdre son âme et son identité que les auteurs transposent dans leur scénario. C'est là la matière première de pratiquement tous les gags.

L'ancrage nationaliste, qu'il soit dans le salut au drapeau devant le paquebot France ou les élans patriotico-nostalgiques que roucoule au téléphone un Jean Lefebvre sur son lit d'hôpital ou bien encore le festin de rois que se concoctent les gendarmes dans leur chambre d'hôtel,

cette affirmation identitaire apparait comme une planche de salut.
Les esprits et les corps sont torturés par l'éloignement, l'inconnu et la monstruosité de New-York.

Si ces réflexes défensifs sont somme toute assez primaires, il n'en demeure pas moins qu'avec le temps on peut y trouver quelque raison de s'attendrir.

Et au final, cette revoyure fait apparaître ce film comme un des meilleurs de la série. Je lui trouve un charme qui m'a longtemps échappé.

Une prémisse thématique du prochain film, ça titille le gendarme:

Une séance hommage parodique de West Side Story:


Trombi :
Genevièce Grad principal enjeu personnel du gendarme Cruchot:

Marino Masé:

Christian Marin:

Jean Lefebvre:

Michel Galabru:

Guy Grosso et Michel Modo:

Leroy Haynes : bbbbbbblooooddddd!!!

France Rumilly , le gimmick est officiellement lancé

Billy Kearns :

Christian Marin, Jean Lefebvre, Modo, Grosso et Dominique Zardi à gauche, Jean Droze à droite en carabinieri :

Très courte apparition de Pierre Tornade

Roger Lumont :

Le couple épicier : Tiberio Murgia et une inconnue

Swen:

Jean-Pierre Bertrand:

5 commentaires:

  1. Ca me plaît ce qu'on voit et ce qu'on dit par chez vous ! (on n'est pourtant guère d'accord ici: http://eightdayzaweek.blogspot.com/2008/08/quel-film-avons-nous-vu-depuis-tout-ce_26.html )
    Tiens, allez, je vous blogrolle chez moi !

    RépondreSupprimer
  2. Il faut de tout pour faire un monde.

    RépondreSupprimer
  3. the picture with the ice cream looks like a penis

    RépondreSupprimer
  4. Actually, it is. This is the uncut version. For the record, it's the first "self blowjob" in the history of cinema.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour cette analyse qui est intéressante et qui fait plaisir. Personnellement j'aime beaucoup cette manière de travailler avec les copies d'écran.

    C'est en effet qui à un charme unique et c'est aussi l'un des meilleurs. Je passe toujours un très bon moment lorsque je le visionne, c'est donc une comédie très sympathique à mon humble avis.

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer