mardi 22 juillet 2014

Le téléphone rose



1975
Titre: Le téléphone rose

Cinéaste: Édouard Molinaro
Comédiens: Mireille Darc - Pierre Mondy - Daniel Ceccaldi

Notice SC
Notice Imdb

Vu en dvd


J'aime beaucoup ce film. Cela faisait très longtemps que je ne l'avais pas vu et j'ai craint au départ d'être déçu.

La vision du patronat provincial (ce coup-ci, c'est Toulouse qui prend) et de la manière dont est vécue la crise issue de la mondialisation est au début radicalement archaïque. A priori, on nous dépeint quelque chose d'arriéré, et salement. Mais j'ai cru un instant que ce regard était nostalgique, bienveillant en tout cas. En fait, pas du tout. Il est sans concession et même très violent. C'est la pute (Mireille Darc) qui finit par dire ses 4 vérités au patron dépassé par son époque en mouvement (Pierre Mondy). Et avec quelle force! Dur et réaliste, le coup porte. Il est même encore certainement d'actualité et peut expliquer les difficultés des européens en matière concurrentielle, une Europe en perte de vitesse, surtout d'hégémonie.

Sur un texte de Francis Veber, les mots claquent. Droit au but. Pas de fioriture. Il y a donc une scène particulièrement marquante où Mireille Darc laisse éclater toute sa colère et son mépris pour l'incapacité de ce Français moyen à ne pas vouloir voir plus loin que le bout de son nez.

Donner ce genre de dialogue à des acteurs aussi bons, cela produit un très bon film d'acteurs. Pierre Mondy
est très émouvant. Il a un rôle compliqué à rendre crédible, passant d'un état d'esprit à un autre. Pourtant, il arrive à créer un vrai personnage. Je l'admire.

Mireille Darc
aussi a un rôle difficile, devant jouer un personnage tout en nuances, entre affection, mépris, colère. Loin d'être évident, et elle s'en tire très bien. Son jeu est impeccable, sûr.

Un autre comédien que j'aime bien, c'est Daniel Ceccaldi. Il a ici un rôle peu reluisant, mais c'est un acteur toujours plaisant, assez sûr de lui, efficace.

La mise en image de Édouard Molinaro est malheureusement abîmée par cette putain de photo baveuse, si en vogue à l'époque, davidhamiltonienne. Elle est tellement dégueulasse, que certains plans sont de la bouillie infâme. Les détails se noient dans le brouillard ou ont l'air d'être dédoublés. Quel pouvait être le sens de cette photo? Aucune idée! Aujourd'hui, cela donne une impression de manque de moyen, ou comme si le chef-op (Gérard Hameline) avait été extrêmement mauvais. Certains plans sont illisibles. Je suis loin d'être sûr que la compression du dvd aurait pu sauver quoique ce soit.

Ce film n'est pas un très grand film, parce qu'outre sa photo pourrie, il souffre d'un rythme un peu trop aléatoire, disons un peu anarchique, ce qui est souvent préjudiciable pour une comédie.

On doit dès lors savourer le jeu des comédiens, la pertinence des dialogues et la morale de cette histoire, comme un témoignage d'une fin d'époque. Film de la fin des 30 glorieuses, film de la crise, film de la fin d'une certaine bourgeoisie. Une certaine nostalgie se laisse doucement deviner, mais surtout une grande amertume semble s'emparer de personnages désemparés devant cette évolution qu'ils ne comprennent pas. Une comédie presque triste.

Trombi:
Michael Lonsdale:

Françoise Prévost:

Gérard Hérold:

Pierre Maguelon:

André Valardy:

Édouard Molinaro:

Robert Dalban:

Louis Navarre:

Robert Lombard:

?:

?



 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire