jeudi 24 juillet 2014

Le trône de fer saison 4



2014
Titre: Game of thrones
Titre: Le trône de fer

Season 4
Saison 4
10 épisodes

Réalisateurs: D.B. Weiss - Alex Graves - Michelle MacLaren - Alik Sakharov - Neil Marshall -
Comédiens: Peter Dinklage - Nikolaj Coster-Waldau - Lena Headey - Emilia Clarke

Notice SC
Notice Imdb

Critique Saison 1
Critique Saison 2
Critique Saison 3
Critique Saison 5
Critique Saison 6

Vu sur le net



Une saison 4 bien pleine, bien faite, dans la continuité de la saison 3. Elle en conclut bien des enjeux, en crée de nouveaux.

Les surprises sont nombreuses, c'est le moins que l'on puisse dire, c'est sans doute la plus étonnante saison. Une saison riche et fort plaisante, comme les précédentes. Pas de perte de vitesse ni de qualité à répertorier.
Sur les caractéristiques essentielles, la violence est toujours bien présente. Cependant moins de torture à déplorer, peut-être un peu plus de gore.

Le côté fantastique (heroic fantasy) se développe un chouïa, notamment dès qu'on va au delà du mur. Peut-être aussi un peu moins de cul, c'est assez rare pour le souligner.

Ce qui impressionne, c'est la vitesse, le rythme de cette saison. J'ai l'impression de n'avoir vu que deux ou trois épisodes, tellement les situations s'enchaînent rapidement. Ça bouge énormément, beaucoup de mouvements que l'on doit, comme je le disais plus haut, au fait que des chapitres y sont bouclés et que de nouvelles aventures se dessinent pour la saison 5. De nouvelles relations se nouent tandis que de plus anciennes se terminent.

Les rebondissements sont nombreux et tellement spectaculaires. Personnellement, j'en ai loupé un grâce à un lamentable "spoile" que je dois au Gorafi (un nom désormais banni chez moi, z'ont perdu un client). Le spoile, c'est ce qu'il peut arriver de pire sur une série. C'est un crime. Mobile? Snobisme, ego, connerie, il y a le choix. En tout cas, quand on se permet de mettre sur Facebook une capture du cadavre d'un personnage majeur, pour faire un mot, on affiche ouvertement son mépris pour ses lecteurs en même temps qu'une autosatisfaction puante. Impardonnable. J'en suis encore irrité comme vous le voyez et je crois que la rancune est mon plus gros défaut. Bref, le visionnage de cette saison 4 aurait pu être encore plus spectaculaire.

Autre caractéristique primordiale de la série : les grandes scènes, le jeu des comédiens. Sur ce point, je suis un poil moins épaté. Disons qu'elles se voient trop, que la mise en scène appuie un peu le texte (peut-être pas à la hauteur des saisons précédentes, bien qu'encore élevé). Certaines répliques sont fortes, émouvantes ou drôles, mais je suis moins souvent impressionné.

ll y en a une que j'ai adorée, qui me parait parfaite dans l'écrit, comme dans le joué ou dans le rythme, c'est celle où le limier (Rory McCann) cherche l'embrouille dans une auberge auprès d'hommes de mains de la maison Lannister.

Sinon, il y a de grandes scènes : Tyrion et son frère, Tyrion et son acolyte (Jerome Flynn), la colère de Daenerys Targaryen (Emilia Clarke),
de nombreuses scènes entre Arya Stark (Maisie Williams)
et le limier. Mais on sent bien qu'on nous pointe du doigt ces scènes, c'est trop voyant. Il manque de l'inattendu, du naturel, peut-être un peu plus finesse dans la mise en scène? Autant de problèmes (oh très légèrement ressentis!) qui n'apparaissaient pas si souvent sur les saisons précédentes. N'allez pas croire que je ne les ai pas aimées ces séquences, c'est juste que j'ai branché le chipotomètre. Enfant gâté pourri que je suis! Parce qu'elles sont très bien ces scènes.

Par contre, dans l'action pure, dans l'intensité du combat, sur les champs de bataille ou de simples bastonnades, cette saison est sans doute la plus riche jusqu'à maintenant. Ce qui doit appuyer ce sentiment de mouvement général.

Et il y a même une scène d'anthologie, qui m'a littéralement coupé le souffle. J'étais complètement dans le combat, ahuri par la violence et l'enjeu. Tenez en voilà une surprise, je ne m'attendais pas à cette belle scène! Bon, j'ai beau tourner ça dans ma tête et sur le papier, je ne trouve pas moyen d'en parler sans spoiler, donc à partir de maintenant, je commente sous spoiler. Si vous ne voulez pas vous faire amocher, fin de lecture, si vous avez déjà vu la saison 4, vous pouvez entrer.

\\\\ DEBUT SPOILER:

Donc il s'agit du combat final entre le limier et Brienne (Gwendoline Christie). Des deux personnages, celui dont on imaginait mal qu'il puisse devenir sympathique est bien celui Rory McCann, seulement, son périple avec Arya (Maisie Williams) le transfigure en un ange gardien mi-ogre, mi samaritain, jonglant difficilement pour le respect qu'il consent à Arya et son cynisme trouble. Son passé, son traumatisme en font un personnage finalement attachant. Aussi la rencontre métallique avec Brienne est un des déchirements auxquels la série nous a maintenant habitué. Ce qu'on comprend vite, c'est que l'affrontement est inévitable. De même que l'issue fatale pour l'un des deux. La tension est à son comble sur ces basses montagnes. On ne sait évidemment pas qui va s'en sortir et la violence des coups est phénoménale. On a mal pour eux. Séquence inoubliable. La meilleure scène d'action de Game of Thrones, pour moi!

Maintenant que j'ai ouvert l'espace spoiler, j'en profite pour préciser deux trois choses. D'abord, il n'aura échapper à personne, depuis la saison précédente surtout, que le personnage joué par Nikolaj Coster-Waldau s'est profondément transformé. De tête à claque cynique et puant, Jaime est devenu sympathique, étrangement humain. Son enlèvement, ses tortures, sa relation avec la mère Start et Brienne l'ont totalement métamorphosé. Aussi peut-il, maintenant qu'il est devenu un paria chez les Lannisters, mieux comprendre le calvaire de son frère Tyrion (Peter Dinklage). Sur la saison 4, cette relation fraternelle prend une dimension impossible à prévoir en saison 1. Et le personnage devient alors le jouet maltraité, déchiré entre son frère et sa femme-sœur. Encore plus émouvant.

A saison mouvementée, personnage bouleversé. Celui d'Arya dessine une jeune femme, trop vite malmenée par l'existence. Passée de l'enfance à l'âge adulte sur les routes de Westeros, la pauvre est comme insensibilisée. Elle a appris elle aussi le cynisme par la violence. La fin de saison ne laisse guère de doute sur cette froideur, sans pitié de la jeune guerrière. Dommage qu'elle n'ait pas accédé à la demande de Brienne.

Quand on se penche sur le destin de sa sœur Sansa (Sophie Turner), on se demande bien ce qui peut bien la maintenir en vie. Sa relation pour le moins ambiguë avec Baelish (Aidan Gillen) ne cesse d'interroger l'avenir. Très intéressant pour l'avenir.

////FIN SPOILER

Voilà, le plus dur en fin de saison, c'est de se dire qu'il faut attendre une année avant de voir la saison 5. Cette saison 4 est une des plus faciles à suivre, toute en dynamique, tout en conclusions et en nouveaux points d'interrogation. Merci. Tout cela est bien juteux.


Trombi:
Peter Dinklage:

Nikolaj Coster-Waldau:

Lena Headey:

Kit Harington:

Charles Dance:

Natalie Dormer:

Jack Gleeson:

Sophie Turner:

John Bradley:

Rose Leslie:

Kristofer Hivju:

Gwendoline Christie:

Jerome Flynn:

Sibel Kekilli:

Iain Glen:

Diana Rigg:

Pedro Pascal:

Indira Varma;

Michiel Huisman:

Ian McElhinney:

Peter Vaughan:

Owen Teale:

Jacob Anderson:

Nathalie Emmanuel:

Daniel Portman:

Liam Cunningham:

Stephen Dillane:

Carice van Houten:

Alfie Allen:

Isaac Hempstead Wright:

Iwan Rheon:

Conleth Hill:

Thomas Brodie-Sangster:

Ellie Kendrick:

Kristian Nairn:

Dean-Charles Chapman:

Hannah Murray:

Mark Stanley:

Burn Gorman:

Kate Dickie:





Tara Fitzgerald:

Noah Taylor:

Michael McElhatton:

Julian Glover:

Yuriy Kolokolnikov:

Anton Lesser:

Dominic Carter:

Tony Way:

Will Tudor:

Andy Kellegher:

Roger Ashton-Griffiths:

Finn Jones:

Kerry Ingram:

Ben Crompton:

Josef Altin:

Joel Fry:

Brenock O'Connor:

Lois Winstone:

Luke Barnes:

Jane McGrath et Cheryl Lester:

Lino Facioli:

Mark Gatiss:

Sarine Sofair , Lucian Msamati et Samantha McEwan:

Barry McGovern:

Ben Hawkey:

Hafþór Júlíus Björnsson:

Paola Dionisotti:

Rupert Vansittart:

Octavia Selena Alexandru:

Gary Oliver:

Darren Kent?

Sara Dylan:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire