mardi 17 juin 2014

Le gendarme en balade



1970

Cinéaste: Jean Girault
Comédiens: Louis de Funès - Claude Gensac - Michel Galabru

Notice Imdb
Notice SC

Vu en dvd



La dernière chronique que j'ai faite sur la série des gendarmes remonte à loin. C'était sur "Le gendarme se marie" (3e opus). Si mes souvenirs sont bons, c'était une ode à Claude Gensac.

Avec ce 4e épisode, une certaine lassitude commence à me gagner. Je sais que par la suite, la série prend des allures de téléfilms au rabais. Mais déjà sur celui-ci on sent que ça sent le sapin.

Et quelque part ce n'est pas plus mal. C'est même totalement en phase avec la thématique du film : la vieillesse et le refus de cette petite mort que peut représenter la retraite. Même s'il met parfois de bien gros sabots, ce film aborde cette problématique avec quelques accents de vérité, par-ci, par-là, avec la légèreté ou la lourdeur d'une comédie populaire, assise sur les succès précédents et le soutien inconditionnel d'un public déjà conquis. J'ai bien aimé l'émotion décrite, même si elle est décuplée jusqu'à l'excès et prête à sourire, l'émotion de ces gendarmes gagnés par l'ennui dû à l'oisiveté obligée, celle qui les étreint, mélancoliques, à l'évocation de ce paradis perdu, de ces habitudes, de ces activités qui faisaient leur quotidien. Quand la profession fait l'homme, passer à un autre mode de vie peut-être douloureux.

La joie que les gendarmes éprouvent à se retrouver, à partir en vadrouille, à l'aventure, en compétition avec la jeunesse remplaçante, cette joie est inévitablement sympathique, communicative. Ce regard dans le rétroviseur m'a bien plu. Il est sincère. La tristesse qui l'accompagne a quelque chose qui me bouleverse au final. La mesure du temps qui passe et de l'inexorable.

Tous les acteurs sont les mêmes depuis le premier épisode et pour la dernière fois. Certes, Geneviève Grad a disparu, mais les gendarmes sont encore au rendez-vous. Les cheveux ont un peu blanchi, certes. Chez Christian Marin, c'est particulièrement criant. On devine la teinture chez les autres. Après cet épisode; il était temps de clore définitivement le sujet. Malheureusement des contingences pécuniaires en ont décidé autrement.

Malheureusement" parce que d'ores et déjà sur ce 4e chapitre, le scénario de Jean Girault et Jacques Vilfrid démontre de manière évidente que cette série repose essentiellement, voire uniquement sur l'énergie des comédiens, à commencer par le plus électrique d'entre eux, Louis de FunèsGirault et Vilfrid ont été d'honnêtes artisans qui ont su mettre en valeur le travail, le génie de Louis de Funès, en ayant le bon sens et l'humilité de s'effacer.

Mais quand il s'agit de tenir sur la longueur, de tenir un récit, ça grince aux encoignures. Avec ce "gendarme en balade" c'est particulièrement flagrant. On a quelques fois le sentiment d'avoir affaire avec un film à sketchs : "le gendarme s'ennuie au château", "les gendarmes se retrouvent pour la mémoire de Fougasse", "les gendarmes en cavale", "les gendarmes et les hippies", "les gendarmes et les ados", "les gendarmes à l'arsenal" et "les gendarmes démineurs". Voilà à peu près le film résumé.

Tout cela est un peu décousu, de temps en temps un peu alourdi par un humour très basique. Les dialogues de Vilfrid ne sont pas toujours très subtils, ni surtout très drôles.

Bref, tout repose sur le jeu précis, physique, désespéré et donc transcendant de Louis de Funès.

Le peu de temps qu'on passe avec Claude Gensac est un délice. Mais mon avis ne compte pas, je suis amoureux de Claude Gensac. Incroyable, gracieuse, femme, sensuelle, délicate, fleur, étoile, je l'adule.

J'aime beaucoup Michel Galabru,
même dans ce rôle grotesque, il parvient à jouer lui aussi dans l'outrance et le ridicule quelque chose d'émouvant. On comprend aisément qu'il eut été impossible d'envisager les deux films suivants sans De Funès, mais sans lui non plus. Le binôme Gerbert/Cruchot est devenu indispensable.

Voilà donc une série qui a bercé mon enfance, nourri ma future cinéphagie et qui se termine ici pour moi. Les extra-terrestres et les gendarmettes qui vont suivre sont négligeables. Cette dernière balade n'est pas des plus enthousiasmantes, mais elle est encore à peu près regardable. Sa forme est banale, c'est vrai, mais son fond a encore quelque crédit, le sens de conclure une aventure populaire, souriante à défaut d'être toujours drôle, support idéal pour les grimaces et les exploits nerveux d'un acteur physique et émotionnel d'une rare intensité, un rendez-vous avec le public qui remplissait son rôle de divertissement, dans la plus pure tradition des plaisirs enfantins. Ce n'est pas une grande série de cinéma, loin s'en faut, mais elle compte, elle attrape l'enfant et le tient longtemps, peut même l'attacher à un spectacle, ce qui constitue une caractéristique propre au cinéma.

Pour pouvoir suivre ce film, il faut donc aimer Louis de Funès, préalable incontournable, mais on peut également nourrir une certaine nostalgie pour cette série, pour sa plastique oubliée, celle d'une France qui n'existe plus. Ce n'est ni regrettable, ni formidable, c'est juste le primat du réel qui montre ses biscoteaux. Et c'est aussi la force du cinéma, cette potion magique qui vous baigne pendant une à deux heures dans le passé. Ainsi les gendarmes sont-ils des machines à voyager dans le temps!

Trombi:
Christian Marin: (centre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire