samedi 24 décembre 2011

What women want



2000

Alias: Ce que femme veut

Alias: Ce que veulent les femmes

Cinéaste:Nancy Meyers
Comédiens:
Alan Alda -Marisa Tomei -Helen Hunt -Mel Gibson -Bette Midler -Lauren Holly

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en dvd

J'avais à peu près aimé quand je l'avais vu il y a de cela longtemps. J'avais déjà été un peu choqué par le manque de subtilité du scénario. J'avais voulu voir ce film pour Mel Gibson, Helen Hunt et Nancy Meyers.

Cette dernière m'intriguait car elle avait travaillé sur le scénario de "Quand Harry rencontre Sally" me semble-t-il, une comédie romantique superbe d'astuce, de précision et de tendresse. Difficile de s'attendre à aussi peu de finesse dans les relations entre les personnages. Et pourtant c'est bel et bien là que le bât blesse. Le changement psychologique de Mel Gibson après son passage chez la psy est très mal fichu. Hé, bien sûr qu'ils ont voulu appuyé sur le contraste pour provoquer une rupture comique, mais justement, ils ont trop appuyé, c'est gras, grossièrement pointé! C'est comme un vieil oncle qui explique la blague qu'il vient de raconter au repas familial de Noël entre la buche et la dernière coupette de roteuse. Pénible.

Et ce film est beaucoup trop schématique dans sa première partie très... trop longue. A part le petit numéro de danse sur Sinatra, qui égaille un peu, allège un propos jusque là très plat, la première partie empile cliché sur cliché et Mel Gibson en fait des tonnes, dans le genre "macho man".

Les sempiternels enjeux sur les dysfonctionnements familiaux (homme/femme et parent/ado) nous sont présentés avec toujours les mêmes modèles lassants.

Et puis progressivement, Mel Gibson va accepter son don et prendre de l'épaisseur enfin, devenir un personnage un tant soit peu humain, plausible du moins, en quittant cette image caricaturale qu'il véhiculait avec une nervosité fatigante, pleine de grimaces et de simagrées futiles. Le film peut alors se permettre d'être sinon drôle au moins souriant et somme toute agréable. On retrouve la causticité et la complexité des rapports humains. C'est dommage d'avoir eu à se taper ce début de film bavard et laborieux.

Je ne sais pas comment je fais, mais je parviens encore à avoir de la sympathie pour Mel Gibson, l'acteur, à faire abstraction de toutes ces puanteurs qui gâchent la vie de l'homme. Ce qu'il donne à l'écran est indéniablement généreux et parfois étonne par sa sensibilité et se justesse.

Depuis que j'ai découvert "Dingue de toi", je ne sais plus où du temps où j'avais le câble, je suis resté sous le charme d'Helen Hunt. "Charme" est le terme le plus adéquat, tant on ne peut pas à proprement parler utiliser celui de "beauté". Les traits de son visage forment quelque chose de très original, d'un peu étrange et en même temps d'irrésistiblement fascinant. Au final, je suis très troublé, sans explication devant l'attirance et la sympathie qu'elle suscite de façon naturelle et irrémédiable. Sans doute que son talent de comédienne suffit à donner sens à tout cela.

Et puis, il y a Marisa Tomei. Marisa!

Partagé entre une certaine attirance pour ces deux comédiens et la consternation devant ce scénario pour le moins bancal, j'ai longtemps garder ce film, mais je sais maintenant que je vais m'en séparer. Un film trop moyen.

Trombi:
Alan Alda:

Bette Midler:

Lauren Holly:

Lisa Edelstein:

Delta Burke et Valerie Perrine:

Judy Greer:

Ashley Johnson:

Mark Feuerstein:

Sarah Paulson:

Ana Gasteyer:

Loretta Devine:

Diana Maria Riva:

Eric Balfour:

Andrea Baker:

T.J. Thyne:

Angela Oh:

Robert Briscoe Evans:

Alex McKenna et Rachel Duncan:

Cristine Rose:

Arden Myrin:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire