mardi 22 février 2011

Le dîner de cons



2010

Titre original : Dinner for schmucks
alias : Le dîner de cons

Cinéaste: Jay Roach
Comédiens: Jemaine Clement - Zach Galifianakis - Paul Rudd - Steve Carell

Notice Imdb
Vu en dvd



J'étais curieux de voir ce remake. Il y a toujours chez moi une bizarre fringale pour ce genre de travail, foncièrement sans intérêt si l'on fait preuve d'honnêteté. Sérieux, quel est l'intérêt à regarder un film américain reprenant un film déjà vu? Malheureusement, je ne peux m'empêcher de me demander ce qu'ils ont pu garder à l'écriture ou au contraire inventer, comment ils ont américanisé ceci ou cela...
Encore plus sérieusement, si un jour un historien des mentalités voulait se pencher sur les remakes américains de films français, il y aurait là matière à un excellent bouquin sur nos sociétés et cinémas respectifs. Pour le coup, ça, ce serait foutrement intéressant. Bon, passons.

J'avais envie de voir la prestation de Steve Carell,

un acteur qui m'intrigue, je ne le connais pas bien : je l'ai adoré dans "40 ans, toujours puceau" et détesté dans "Evan tout-puissant". Je le situe mal. J'ai envie d'en savoir un peu plus. Et j'avoue qu'après avoir vu ce "Dinner for Schmucks" je ne sais toujours pas bien qu'en penser.
Une chose est sûre : il apporte au con quelque chose de totalement différent par rapport à Jacques Villeret. Clairement. Le personnage incarné par Steve Carell est moins drôle, plus artificiel, plus enfantin et surtout beaucoup plus touchant. Le film en règle générale fait moins rire mais émotionnellement atteint quelque fois son but, notamment quand Carell est le vecteur principal des enjeux.

Quand il s'agit de Paul Rudd,

l'emballement s'essouffle de suite. Le pauvre fait choux blanc, son histoire avec Stephanie Szostak est tout sauf intense. Leurs scènes restent fades, conventionnelles, tellement téléphonées à l'écriture qu'elles débouchent souvent sur le regard du spectateur qui se porte irrémédiablement vers sa montre. Ils nous ennuient.

Du reste le film souffre énormément de ces scènes qui traînent en longueur, si mal écrites qu'on les croirait rédigées par un collégien vite fait à la récré. Le film est trop long et trop bavard.

On s'amuse de la bêtise des cons mais pas méchamment, on finit par s'y attacher. Tous les autres personnages fatiguent au contraire, par leur vacuité, leur vulgarité, leur aspect excessif.

On pourra retenir le rôle assez croquignolesque de Jemaine Clement en pseudo artiste à grandes dents et poitrail velu. Quelques spécimen d'idiots plus poétiques ou allumés que véritablement cons.

Une bonne demi-heure finale en trop nous fait subir un dîner de cons qui prend des proportions proches de la farce, trop éloignées de la partie précédente. Vraiment trop long.

Un dîner de cons plus émouvant que drôle donc mais souffrant de scènes ennuyeuses et mal fichues. Un film moyen en somme.

Trombi:
Zach Galifianakis:

Lucy Punch:

Bruce Greenwood:

Lucy Davenport et David Walliams:

Ron Livingston:

Larry Wilmore:

Kristen Schaal:

Andrea Savage:

Nick Kroll:

Chris O'Dowd:

Jeff Dunham:

Octavia Spencer:

Patrick Fischler:

Rick Overton:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire