mardi 25 février 2014

Aventures fantastiques


1958
Alias: Vynález zkázy
Alias: L'invention diabolique
Alias: Aventures fantastiques
Alias: The Fabulous World of Jules Verne

Cinéaste: Karel Zeman
Comédiens: Lubor Tokos - Miroslav Holub - Jana Zatloukalová

Notice SC
Notice Imdb

Vu en dvd



Mon premier Zeman. J'ai vu quelques photos par-ci par-là, évidemment, mais je ne connaissais pas vraiment. Et, de tomber sur ce très joli DVD était une belle occasion de parfaire mon éducation ciné. 

D'abord, je suis frappé par la forme, bien entendu ! C'est là tout le sel du film. On a soigneusement mis en film le style des gravures des éditions Hetzel. Elles étaient illustrées par Riou et Ferat. Ici, le trait noir et blanc est accentué par le souci constant de mettre des lignes sur tous les motifs, que ce soient les décors ou les vêtements des personnages. 

Les autres procédés techniques sont admirablement maîtrisés : les juxtapositions d'images réelles avec des dessins correspond tout à fait à ces gravures. Les décors en carton aux contours soulignés créent une atmosphère fascinante. Cela fonctionne à merveille : on est souvent ébloui par la finesse et l'intelligence du travail, ainsi que la poésie proposée. J'en suis tout surpris. Les maquettes et l'image par image donne vie à un monde bien conçu, très détaillé, d'une richesse formidable. 

Même si l'histoire ramassée sur 1h18 condense "20 000 lieux sous les mers" et "L'île mystérieuse" avec une très grande liberté d'adaptation, je suis un peu gêné par quelques temps morts malheureux, qui ralentissent l'action dans la dernière partie. 


On notera au final que le film présente avec clarté des arguments massues à l'encontre de la passion positiviste du XIXe siècle, laquelle est paradoxalement à l'origine de toute l'oeuvre de Jules Verne. Le film fait à la fois les louanges de ce que son imaginaire a pu susciter chez les jeunes lecteurs et la critique du débordement d'enthousiasme pour l'idée de progrès scientifique qui a débouché sur les horreurs du XXe siècle. Astucieusement, certains plans sur la fin du film sont très évocateurs, notamment lorsque le savant se rend compte que ses inventions sont détournées de leurs objectifs initiaux pour engendrer le chaos et la mort. La puissance et la netteté du propos démontrent le talent narratif de Karel Zeman et son équipe créatrice.

Trombi:
Lubor Tokos:

Arnost Navrátil:

Miroslav Holub:

Frantisek Slégr:

Václav Kyzlink:

Jana Zatloukalová:

3 commentaires:

  1. Le dénommé Frantisek Slégr a un petit air de Michael Lonsdale bourru!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il aurait pu faire un bon capitaine Haddock également.

      Supprimer