jeudi 26 septembre 2013

Californication season 3


2009
Saison 3, 12 épisodes

Réalisateurs:David Duchovny - Bart Freundlich - David Von Ancken - Michael Lehmann - John Dahl - Adam Bernstein - Seith Mann - Stephen Hopkins
Comédiens:David Duchovny - Natascha McElhone - Kathleen Turner

Notice SC
Notice Imdb

Vu en dvd

Critique de Californication saison 2




 Troisième saison mi-figue mi-raisin. Maintenant je peux dire que j'y suis bien installé, confortablement blotti entre des personnages que j'aime à retrouver, quelque peu habitué au moralisme puritain un peu faux-derche qui suinte sur les mots parfois, en tout cas toujours ravi par les dialogues (« Skypus interruptus ») qui sur certaines scènes donnent toute l'épice grossière et néanmoins futée qui fait de cette série un petit objet désormais familier et addictif.

Mais cette saison, si j'ai apprécié de retrouver la loufoquerie du couple Runkle/Marcy (Evan Handler
et Pamela Adlon)
toujours aussi déjanté, si j'ai trouvé que la relative absence de Karen (personnage joué par l'excellente Natascha McElhone,
mais personnages urticant au possible) allégeait considérablement l'atmosphère (jusqu'au final à nouveau hystérique grâce à Madame), si tout plein d'éléments viennent égayer les petites histoires de chacun, j'ai néanmoins trouvé que sur certains épisodes la maîtrise du sujet est un peu aléatoire.

Il y a un épisode en particulier qui me paraît même très lourdingue, celui où tous les personnages se retrouvent chez Hank dans une sorte de vaudeville pesant. C'est assez mal écrit et si épais qu'on s'étonne de cette trajectoire vers un maelström complaisamment braillard et théâtral. Le simplisme de l'écriture de ce scénario qui veut à tout prix résoudre tous les conflits en une seule fois jure par rapport à la relative bonne tenue à laquelle je m'étais finalement bien habitué. C'est en tout cas la première fois sur les trois saisons que je suis gêné par le style et le ton d'un épisode.

De la même façon, j'ai été plusieurs fois surpris par l'apparition beaucoup trop brutale des crises adolescentes de Becca (Madeleine Martin). Un peu trop artificiel, le procédé passe mal et gâche la trame.

Concernant le dernier épisode, le cliffhanger est juteux même si on pourrait trouver excessive la manière dont les événements s'enchaînent et comment certains personnages réagissent, en premier lieu la chère Karen, mais Hank Moody (David Duchovny)
lui-même déraille sérieusement. Toutefois, cette nouvelle situation compliquée s'avère être une belle carotte pour zieuter la saison 4.

Il y a un truc que je ne remarque véritablement lors de cette saison, c'est l'accompagnement musical. Lors des saisons précédentes, le style ne m'avait pas spécialement accroché l'oreille. Sur la saison 3, à plusieurs reprises, j'ai trouvé le choix musical, surtout sur le générique de fin, plus que justifié, emballant et électrique.

Reste que l'élément fort de la saison n'est pas musical, encore que. C'est la participation explosive de Kathleen Turner. Dans un personnage semblant condenser toutes les vulgarités, elle s'est permis de jouer avec une outrance réjouissante de drôlerie. D'évidence, elle prend son pied à interpréter cette femme d'affaires lubrique. Le duo qu'elle mène avec Runkle (Evan Handler) est succulent et m'a fourni en esclaffades de rigolade à chacune de leurs joutes.

J'ai pu aussi noter qu'en général cette série savait se doter de très bons comédiens pour les seconds rôles. Cette année je me réjouis de la présence de Peter Gallagher
et de Diane Farr.

Voilà, il va falloir que je continue et que je trouve au plus vite la saison 4. Damned, je suis fait comme un rat !

Trombi:
Jason Beghe:

Ellen Woglom:

Embeth Davidtz:

Kristine Blackport:

 Bruce Katzman:

Luenell:

 Eva Amurri Martino:

Billy Brown:

Ed Westwick:

Rick Springfield:

 Kevin Corrigan:

Carla Gallo:

Stephen Root:

 Ken Marino:
 
 Bridgetta Tomarchio:

Alyssa LeBlanc:

Mary Gross:

Monica Hong:

 James Frain:

Madeline Zima:

Heather Chadwell:

 Peter Fonda:

Ken Marino:

Kym Stys:

 Christina Ulloa:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire