vendredi 17 août 2012

Le viager



1972

Cinéaste:
Pierre Tchernia
Comédiens:Jean-Pierre Darras -Rosy Varte -Michel Galabru -Michel Serrault -Claude Brasseur -Gérard Depardieu


Notice Imdb


Vu en dvd


J'ai déjà dit tout le bien que je pensais de l'univers que René Goscinny et Pierre Tchernia ont su aménager pour mon plus grand bonheur sur "Les Gaspards", film magnifique de poésie douce et heureuse, imprégnée de cette nostalgie hédoniste, conséquence d'un Paris modernisant et industrialisant son apparence jusqu'à transformer les rapports entre les individus, mais toujours avec cette adorable précaution de vouloir en rire. Ce "viager" ne se distingue pas véritablement dans le fond comme dans la forme de ces préoccupations créatrices.
Le couple Goscinny / Tchernia produit là un autre petit bijou de tendresse, instillant cependant un aspect noir qui se révèle plutôt savoureux. L'humour y est plus sombre car il nous fait côtoyer des personnages cyniques et tristes. Heureusement, le regard se veut également moqueur et la morale reste sauve : les mécréants, tels dix petits nègres christiens, s'en vont un à un pendant que l'immuable monsieur Martinet (Michel Serrault) continue de croquer la vie à pleine dent. Tout est dit : du Goscinny tout craché.
On retrouve "Les Gaspards" jouisseurs, cette fois sous le soleil de plomb de Provence. Le rire vient surtout de cette implacable mécanique que met en place le scénario, la façon où année après année la famille Galipeau voit ses efforts pour éliminer le gêneur réduits systématiquement à néant.
Outre une image colorée et cependant très veloutée, dans une sorte de pastel comme les premières bandes dessinées colorisées, le charme de ce petit conte moral provient sans doute des comédiens au premier rang desquels je mettrai Michel Galabru qui trouve là un de ses plus grands rôles comiques, à mon humble avis. Il joue l'imbécile imbu de son savoir avec une délectation visible.
Dans un rôle de benêt que sa tête d'ahuri perpétuel lui permet d'arborer avec une belle efficacité, Jean-Pierre Darras est un de ces comédiens formidablement sympathiques qui n'ont pas eu une carrière aussi fournie qu'on aurait pu l'espérer. J'aime bien cet acteur et dans ce rôle particulièrement.
Il faut saluer celle qui l'accompagne à merveille, Rosy Varte,
une comédienne qui restera, malheureusement je le crains, plus connue pour son rôle de Maguy à la télévision que pour ses seconds rôles au cinéma qu'elle a souvent tenus avec un certain brio. Je l'ai revue récemment dans "Peur sur la ville" où elle campe une des victimes d'un tueur en série avec une justesse toute simple mais indéniablement convaincante. Dans ce viager, elle incarne une femme sceptique devant l'évidente médiocrité de jugement de son beau-frère (Michel Galabru) et la passivité lâche de son époux (Jean-Pierre Darras), mais dont la vénalité est tout aussi dévastatrice.
Dans les plus petits rôles, on observe rapidement la portion congrue dévolue à Noël Roquevert,
immense gueule du cinéma français, ou les participations très rapides du jeune Gérard Depardieu, du vieux Jean Richard,
de l'endormi Jean Carmet (toujours excellent)
et enfin d'un Claude Brasseur en pleine forme, tout jeune et fringant voyou de pacotille cerné par la malédiction familiale.
Toute une galerie de personnages vient donc étoffer la distribution de manière plus ou moins importante. Tout comme pour "Les Gaspards", Pierre Tchernia convoque beaucoup de comédiens et peuple son film d'une multitude à même de donner une teinte foisonnante, joyeuse, emplie de sourires et de gueules aimables. Un autre trombinoscope fourni en perspective!

Je finirai bien entendu par Michel Serrault.

Pourtant, il s'agit là pour lui de tenir un rôle un peu en retrait, paradoxalement. Tout tourne autour de sa modeste personne, mais l'action se déroule dans son dos. De plus en plus grimé, son personnage vieillit, le comédien n'ayant aucune peine à donner de plus en plus de fantaisie à monsieur Martinet. Au delà de cette gageure, j'insiste vraiment sur le fait que sa participation est finalement presque secondaire par rapport à l'omniprésente engeance de vautours qui lui tourne autour.
Le viager est un film d'été, allègrement posé parmi qui ont bercé mon enfance et construit mon imaginaire cinéphile.
Trombi:Odette Laure:

Yves Robert:

Pierre Tchernia:
Madeleine Clervanne:

Jacques Bodoin:

Bernard Lavalette:

Claude Legros:

Robert Berri et Yves Barsacq (dans le tas):

Philippe Castelli:

Raoul Curet:

Jacques Hilling: (au milieu)


Gabriel Jabbour
:

Jacques Préboist:

Paul Préboist:

Roger Lumont:

Edmond Ardisson:

Béatrice Chatelier:

Elisabeth Dulac:

Alain Lionel:

Henri-Jacques Huet:

Jean Michaud:

José Luis de Vilallonga:

Jacques Rouland:

1 commentaire:

  1. de Passionauto:
    C'est un excellent film en effet dont tout le sel repose sur le cynisme des personnages emplis de cupidité envers Michel Serrault.

    On peut le voir et le revoir sans lassitude, les acteurs sont tous excellents dans leur rôle de salauds calculateurs et comiques malgré eux puisque tous leurs plans destinés à faire trépasser le brave Serrault échouent un à un misérablement.

    Une tirade chantée au sein du film me revient d'ailleurs en mémoire, résumant à elle seule le ressort comique de cette production...

    " les Galipeau sont dépités, leur mauvais coup ayant raté ! ".

    En dehors de son aspect spirtituel, cette comédie nous donne à réfléchir sur l'aspect moral que peut comporter la cession d'un bien en viager puisque les acquéreurs ne souhaitent finalement qu'une chose, c'est que le propriétaire dudit bien trépasse proprement et rapidement si possible.

    Gageons que Jeanne Calment aura dû bien rire à la vue de ce film, elle qui a vendu son bien en viager et qui aura enterré tour à tour son acheteur, son épouse et le notaire chargé de la transaction, elle qui n'a consenti à défunter qu'à l'âge de 122 ans !

    RépondreSupprimer