mardi 7 février 2012

Angel Heart



1987
Alias: Angel Heart - Aux portes de l'enfer


Cinéaste:Alan Parker
Comédiens:Mickey Rourke -Robert De Niro -Charlotte Rampling

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en Blu-Ray


Ouch! Aussi longtemps qu'il m'en souvienne, j'ai toujours adoré ce film. Combien de fois l'ai-je vu? 20 ou 30? Cela faisait pourtant une bonne troisième année consécutive que je venais de passer sans avoir mis la galette dans le lecteur.

Mais cette fois, ce fut exceptionnel par la nature du disque : il est devenu blu-ray. Et à part l'effet spécial du film, déjà très visiblement risible à l'époque (les yeux satano-fluorescents du bambin à la fin), le film dégage une maitrise visuelle et scénaristique encore et encore épatante. Et de m'interroger sur le sort funeste qu'a connu la célébrité d'Alan Parker. Le cinéaste britannique ne jouit pas d'une reconnaissance méritée, du moins est-ce une impression personnelle.

Cet "Angel Heart" dans la forme constitue une sorte d'alliage entre le film noir et le film fantastique, avec une réelle incarnation des personnages. Un film où les chairs sont mises à mal, un film douleur où la sexualité finit dans le rouge, où la sensualité du sud moite et chaud offre un très fascinant contraste avec la New-York enneigée et bleutée. Le travail de Michael Seresin sur la photographie est à ce propos d'une telle finesse d'exécution que j'en sors toujours ébloui. En plus de proposer une histoire prenante et d'une intensité rare, le film est donc beau. Le Blu-Ray rend justice à ce très bel objet.

L'habillage sonore vient accompagner le plaisir des yeux avec une musique jazzy, blues la plupart du temps, sur laquelle Trevor Jones ajoute des effets sonores bienvenus dans le but de maximiser l'effroi du spectateur. Très bel usage de la musique donc. Le compositeur parvient à sublimer une ambiance rétro, post-guerre 45, par sa musique. Un travail remarquable.

Je ne me souviens plus trop de "Rusty James", mais je crois que le jeune Mickey Rourke
trouve là son meilleur rôle, complexe, torturé à souhait, écrasé par une révélation effroyable. Il est excellent de bout en bout de son histoire. Assez jeune encore, il use formidablement bien de son physique, naturel à l'époque, pour charmer les personnages féminins et par voie de conséquence les spectateurs et crée ainsi un détective roublard, plutôt cool et plein de doutes, de peurs, bref couvert d'humanité.

A noter que Lisa Bonet qu'on a connu dans la série "Cosby Show", a un petit rôle extrêmement sexy. Son frais minois s'oppose à la morbidité de l'histoire.

Entre inceste, meurtres en série, satanisme, vaudou, addiction et spiritisme déviant, le film erre longtemps sans but précis laissant le public dans une espèce de délectable expectative.


Mini trombi:
Robert De Niro:

Charlotte Rampling:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire