dimanche 17 février 2013

Robocop 2


1990

Cinéaste:
Comédiens: Peter Weller - Belinda Bauer - Nancy Allen

Notice Cinéprofil
Notice SC
Notice Imdb

Vu en dvd



Je n'avais pas le souvenir d'un film aussi peu intéressant. Parce qu'il n'invente rien, absolument rien, n'ajoutant rien au premier tome de Verhoeven, il se contente de faire une sorte de récidive paresseuse, un copié-collé bêtasse. Du coup, je me suis presque ennuyé.

Les acteurs n'apportent pas de plus-value notable, le scénario coulant comme un petit ruisseau paisible. Aucun intérêt donc.

On sent bien que la production a juste voulu capitaliser sur le succès du premier film, mais la verve de Verhoeven a disparu. La dose de provocation que le hollandais avait su instillé a laissé place à une espèce de complaisance plutôt vulgaire, sans réelle saveur. Le film ne dit rien d'autre que ce qui avait déjà été dit auparavant et le fait avec une lourdeur qui rend le propos maladroit, presque déplacé.

Pas de clé particulière, de précision, de nuance n'est apportée, malheureusement. On pouvait s'imaginer qu'un aspect inédit pouvait nous avoir échappé et que ce deuxième film allait corriger cette erreur. Hé bien, niet!

Au contraire, on réinvite les mêmes dealers, les bad-guys pas vraiment finauds, des cibles à dégommer et des patrons OCB aussi malhonnêtes que bouffés de cynisme, des flics gorgés de travail donc une ville pullulant de pègres en tout genre, comme quoi la coercition ne fait pas plus progresser la civilisation, ma bonne dame... Bref, on avait déjà compris, on n'avance pas d'un pas de plus, on fait du moonwalk. Fastidieux.

Le méchant joué par
Tom Noonan 
est une caricature qui ne fait pas plus rire. Irritante. On pouvait peut-être espérer que le gamin joué par Gabriel Damon 
allait déboucher sur quelque virage scénaristique ou sur un personnage perturbant, mais en fait de perburbation, il agit sobrement sur le diaphragme : bâillement garanti. On pouvait alors fantasmer sur une recherche intérieure, une confrontation subtile du Robocop avec son identité murphienne et son passé... Cela non plus ne dépasse guère que le rapide et l'expédié. Donc rien ne vient sauver le film.

Et dire qu'ils ont osé en faire un 3e encore pire. Sur ce celui-là, je ne compte pas tenter la revoyure



Trombi:
Peter Weller:

Belinda Bauer:

Nancy Allen:

John Glover:

Galyn Görg:

Angie Bolling:

Ken Lerner:

Jeff McCarthy:

Dan O'Herlihy:

Felton Perry:

Phil Rubenstein et Willard E. Pugh:

John Doolittle
Robert DoQui et Wanda De Jesus:

Stephen Lee:

Gary Bullock:

Fabiana Udenio:

Patricia Charbonneau:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire