jeudi 7 juin 2018

Far Cry Primal



2016

Titre original : Far Cry Primal

Développeur: Ubisoft Montreal
Editeur: Ubisoft

Notice SC
Notice Imdb

Joué sur PC
-----------------------------



Grand adepte du FPS en open world, la proposition d’Ubisoft avec Far Cry est un rendez-vous toujours excitant pour moi. Au delà de l’exploration de la carte; c’est l’aménagement personnel du parcours qui m’intéresse. Quand je découvre un numéro de Far Cry j’aime à disséquer chaque élément pour élaborer ensuite une stratégie la plus efficace, sans cheat évidemment, et avec le niveau le plus ardu.

Cette recherche exige de connaître parfaitement toutes les subtilités du jeu et tous les recoins de la carte, donc du temps. Je n‘en suis pas encore là, je n’ai terminé le jeu qu’une fois et suis en passe de finir une deuxième session.

Mais d’ores et déjà je suis en mesure d’apprécier la structure du jeu, même si elle est en très grande partie pour ne pas dire totalement similaire à Far Cry 4. Les épreuves sont identiques, à peu de choses près. On s’est contenté de préhistoriser le même jeu. Il ne manque guère que les ULMs et le wingsuit. Mais je m’en fous.

Cette structure est donc pratiquement identique de jeu en jeu sur cette franchise Far Cry. Encore qu’ici, la trame principale est moins importante que sur les autres jeux, me semble-t-il. Je joue en ce moment, en simultané, sur Far Cry 5 justement. La trame est par trop excessivement présente. Ici avec Far Cry Primal, on s’en tient au jeu et on joue, on ne fait que ça. Les quelques rares cinématiques peuvent être évitées avec Echap. Cela soulage grandement. Le jeu est plus présent, moins altéré par le blabla des personnages, dont je me fous complètement. Je veux jouer, pas qu’on me raconte une histoire. Pour cela, je préfère les films, les séries, les bédés ou les livres. Avec un jeu video, je veux jouer. Far Cry Primal me garantit donc une plus grande part au jeu pur alors que la plupart des autres Far Cry (surtout depuis le 3) impliquent une trop grande proportion de cinématiques bavardes et chiantissimes.

D’autre part, alors que je craignais que le jeu soit trop axé sur la chasse, compte tenu du contexte préhistorique, je suis surpris d’en apprécier la permanence du challenge. Difficile de se balader sans rencontrer des petites bébettes. Mais cela n’est pas du tout préjudiciable. Bien au contraire, cela nécessite une attention continue et rend le jeu moins ennuyeux.

Visuellement, peut-être que le jeu est moins attirant, moins spectaculaire. Cependant, cela reste d’un très joli niveau tout de même!

Au final, je suis heureusement surpris par la jouabilité d’un Far Cry Primal sur lequel a priori je n’aurais pas misé un kopeck.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire