jeudi 3 novembre 2011

Captain America: The First Avenger



2011

Cinéaste:Joe Johnston
Comédiens
:Chris Evans -Hugo Weaving -Hayley Atwell -Tommy Lee Jones -Neal McDonough -Toby Jones

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en dvd


Je n'ai pas été tendre, j'en conviens, avec "Green Lantern", mais je n'ai pas spécialement envie de l'être non plus avec celui-là. L'erreur qui est la mienne a été peut-être de le regarder juste après le médiocre "Green Lantern". J'en attendais la rescousse, le sauvetage de ma journée. Hé bien, je me suis tout autant emmerdé. Pas pour les mêmes raisons mais c'est pas loin.

Il y a peu de temps, j'ai revu le "Superman" de Donner où l'ultra nationalisme béât du super-héros m'a dégueulé sur les yeux. J'ai l'impression d'avoir une nouvelle fois subi ce type d'avanie. J'ai trouvé la trajectoire de ce "Captain America" totalement emmerdante, inintéressante au possible. La sur-témérité, le courage aveugle, cette inconscience ou cette imbécilité, fatigante à force d'être irréelle et surfaite, me pompent l'air.

Ensuite, la teinte rousse du film, un peu jaunie, ainsi que les scènes d'action contre les nazis rappellent un peu les aventures d'Indiana Jones, mais sans l'humour nécessaire et le sens du spectacle de Spielberg pour donner de la hauteur et de la fraicheur à l'ouvrage. Ici les personnages sont imbéciles, trop carrés, trop simples, secs de nuances et de véracité. Le ton devient alors presque mélodramatique dans les rapports entre les individus qui n'aboutissent jamais à produire un spectacle un tant soit peu réaliste, convaincant. On ne croit ni à la progression des personnages trop linéaires et monolithiques, ni à leurs relations entre eux, factices, désincarnées, barbaracartlandiennes. Des trous du cul à qui l'on voudrait mettre des claques pour qu'ils arrêtent de balancer leurs platitudes et se mettent à vivre enfin comme de vrais gens, avec de la densité autour. Tout cela sent la naphtaline et le plastique.

Les quelques effets spéciaux sont pas trop mal fichus. On regrette cependant quelques outrances qui ternissent parfois la tenue générale du film. La numérisation de beaucoup de scènes est un poil trop visible pour vous ôter l'envie d'applaudir, mais rien de dramatique non plus.


Outre la participation de Hugo Weaving

pour jouer Red Skull et qui parait obligatoire tant l'acteur a la gueule de l'emploi, je retiens dans la distribution... en fait, personne. Pas même Tommy Lee Jones venu cachetonner.

Oui, bon, à la décharge des acteurs, on leur a mis dans les pattes un scénario pas loin d'être affligeant.

Trombi:
Chris Evans:

Hayley Atwell:

Sebastian Stan:

Dominic Cooper:

Stanley Tucci:

Richard Armitage:

Samuel L. Jackson:

Toby Jones:

Neal McDonough, Derek Luke et Bruno Ricci:

Kenneth Choi et JJ Feild:

Michael Brandon:

Natalie Dormer:

Damon Driver:

David Bradley:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire