jeudi 26 mai 2011

Karlekens sprak 2000



2004
alias :
Kärlekens språk 2000
alias : Langage of love 2000

Cinéaste: Anders Lennberg
Comédiens:Kim Anderzon -Jan Mybrand -Bert-Åke Varg -Regina Lund

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en dvd

Quel drôle de truc! Je suis vraiment perplexe, le cul entre deux chaises, partagé par l'ennui et surpris par la mise en histoire de ce document. On dirait un film d'éducation sexuelle que l'on aurait maquillé en fiction, avec une histoire, des personnages, presque un film choral en fait. Vraiment on ne sait sur quel pied danser. Peut-être est-ce un vrai film éducatif que l'on a romancé afin d'être plus visible, moins emmerdant, moins clinique qu'un banal documentaire édifiant sur toutes les problématiques liées à la sexualité.

Tout tourne autour d'une émission de télé sur la sexualité : la présentatrice, le réalisateur, les invités et les téléspectateurs sont présentés tour à tour selon leur sexualité, leur spécificité ou leur problème sexuel. On a donc droit à l'énumération de tout ce qui est lié au sexe : masturbation, homosexualité, bisexualité, sexualité des jeunes, des vieux, des handicapés, maladies, pannes sexuelles, contraception, pornographie, amours, malentendus, tromperie, tendresse, peines de coeur, communication, etc.

Malgré l'enrobage fictionnel de la leçon, cela reste très artificiel, parce que trop exhaustif, comme irréel. Les séquences éducatives demeurent des objets un peu froids et mécaniques, filmés avec un attirail formel très différent du reste du film et par conséquent qui casse les liens entre l'histoire et la démonstration éducative.

Heureusement, le discours général est plutôt intelligent, évitant les jugements de valeur ou moraux à la con. Il prône une tolérance et une grande ouverture d'esprit. Mais cela ne suffit pas à faire prendre vie au reste.

Sans doute que les comédiens ne sont pas très bons, sortant difficilement des clichés auxquels restent attachés leurs personnages.

Ce qui est à saluer c'est le parti pris ultra-réaliste qui nous vaut quelques scènes pornographiques. On ne cache rien du réel. Le film n'est pas hypocrite, il se rate donc juste sur le reste. Cela ne fonctionne pas bien. Mais les ambitions de dépasser le cadre éducatif sont même assez touchantes en fin de compte. Ça m'ennuie d'avoir à noter que le film ne parvient pas ses fins. Bof, c'est un sentiment personnel... qui sera sans doute pas partagé par d'autres.

Trombi:
Regina Lund:

Jan Mybrand:

Bert-Åke Varg:

Kim Anderzon:

Maj-Brith Bergström-Walan:

Katerina Janouch:

Emma Åberg:

Helena Lindblom:

Martin Hedman:

Sanna B. Danell:

Mejdi Zoghlami et Charly Wassberg Borbos:

Sascha Zacharias:

Jeromy Wan:

Julia Klingener:

Emil Ahlén:

Elvira Castillo Åkerblom:

1 commentaire:

  1. OMG! Look at pic nr 4 (up to down) !! THEY ARE REALLY DOING IT! go Martin! fuck her!!

    RépondreSupprimer