vendredi 5 février 2010

Sesso in testa



alias : Sex in the Head
alias : Italian sex
1974

Cinéaste
: Sergio Ammirata
Comédiens: Didi Perego - Mario Carotenuto - Gigi Ballista - Pilar Velázquez

Notice Imdb
Notice Cinéprofil
Vu en dvd

Voilà un film qui aurait pu être bon. Pavé de bonnes intentions, il est bâti sur une structure intéressante. C'est un film à sketch maquillé, relié pour un fil conducteur : une sociologue présente sa thèse au jury, elle leur raconte son expérience de prostituée afin d'étudier le comportement des clients. Chaque homme est le sujet d'une vignette humoristique.

Certains acteurs sont intéressants, proposant des trucs. Je pense à Lino Banfi

ou Didi Perego,

les examinateurs qui m'ont bien plu mais la plupart sont mauvais. La participation de Gigi Ballista est décevante.

Le pire revient à Jimmy il Fenomeno qui joue toujours le même rôle de film en film de manière toujours aussi insupportable.

Quant à Pilar Velázquez, son visage très pur et lisse,

bien en contraste avec son personnage est totalement insipide, assez fermée, peu expressive.
Choisie sans doute parce qu'elle ressemble à Virna Lisi

et Edwige Fenech,

en une sorte d'amalgame charmant mais son attitude manque d'aspérité, son personnage reste inexistant, mort-vivant devant l'agitation qui l'entoure. La belle dame n'a pas malheureusement le charme des actrices précitées qu'elle ne parvient pas à faire oublier.

Mais s'il n'y avait de cela... Le scénario aurait pu être habile. L'histoire promettait. Elle essayait en vain d'hériter de l'effronterie des Monstres. Le style est grossier, passe très vite sans les atteindre sur les personnages qui passent pour des caricatures sans finesse et ne parvient jamais à porter quoique ce sot d'autre qu'un rire facile, d'une usante puérilité. Quel dommage! Le sujet se prêtait admirablement à la satire sociale, philosophique et culturelle. Patatras.

Sans compter que la réalisation de Sergio Ammirata -Fernando Di Leo n'est pas crédité mais sa présence se fait sentir au delà d'un petit rôle de journaliste- est tout aussi plate que l'interprétation de Velazquez. Pas de prise de risque, la tenue de route est ordinaire à en bailler. Il est vrai que la médiocre qualité de la copie restreint ma capacité à apprécier la mise en image mais tout de même!

Bref, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la rétine ici, juste une bonne idée de départ jamais exploitée.

Trombi:
Mario Carotenuto:

Toni Ucci:

Tino Scotti:

Ugo Fangareggi:

Sergio Ammirata:

Gastone Pescucci:

Aldo Giuffrè:

Gino Santercole:

Armando Bottin:

Luigi Leoni:

Oreste Lionello:

Omero Capanna:?

Liliana Chiari:
 ?:

?:

2 commentaires:

  1. Si tu lisais tes propres critiques avec un regard différent, tu découvrirais combien elles sont gratuites, propres à brasser du vent. Même si : tu cherches à produire un avis fouillé. Ce n'est pas le film qui est sans intérêt, mais bien ta critique qui cabotine. Les détails qui retiennent ton attention, ne retiennent QUE ton attention. Pas la nôtre. Désolé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut pas être désolé. Ou alors désolé d'ouvrir une porte ouverte. Bien entendu que les détails qui retiennent mon attention ne retiennent que mon attention. C'est mon avis sur un film. Je n'écris pas votre avis. C'est la définition même d'un blog. On y écrit ce qu'on veut, gratuitement, avec le gros risque de brasser du vent. Si on veut écrire du prout, on écrit du prout. La liberté qu'offre ce type de moyen d'expression est très agréable : on s'en fout de ne pas plaire à tout le monde, parce qu'on se rend compte avec un peu de jugeote, que personne ne peut faire l'unanimité.

      Par contre, il y a quelque chose qui m'interpelle dans votre intervention et vous aurez du mal à m'expliquer : pourquoi écrire un commentaire sur un blog d'un type qui brasse du vent et qui cabotine? Quel est l'intérêt? D'abord quel intérêt de le lire jusqu'au bout? Ensuite de perdre du temps à lui écrire un commentaire? Il m'arrive aussi de lire des blogs ou des avis de diverses personnes sur le net qui me paraissent creuses. Mais jamais j'aurais l'idée saugrenue de me casser le tronc à leur écrire un petit mot fielleux (et péteux, si, parce que si jamais ça m'arrivait, je ne leur écrirai pas sous anonymat). En général je passe mon chemin et je fais ma vie comme un grand.
      Je suis sûr qu'en cherchant bien, vous trouverez une activité intéressante, positive, enrichissante qui vous permettra de passer avec plus d'astuce et de bonheur votre temps.

      Supprimer