jeudi 24 mai 2018

La forme de l'eau



2017

Titre original : The shape of water
Titre francophone: La forme de l'eau

Cinéaste: Guillermo del Toro
Comédiens: Michael Shannon - Sally Hawkins - Michael Stuhlbarg

Notice SC
Notice Imdb

Vu en salle

---------------------



Ce film est un bon film, parfois très joli, écrit avec maîtrise et élégance , se permettant quelques audaces, notamment sexuelles, ce qui surprend pour un conte de fées américain. Mais ce n’est pas non plus un très grand film, en aucun cas le meilleur film de l’année. Juste un bon film, et c’est déjà très bien. Guillermo del Toro a fait de bien plus grands films, plus beaux, plus flamboyants, plus lyriques.

On a de bons acteurs, dont un, très bon, Michael Shannon.

Il excelle à rejouer l’ayatollah d’antan (celui qu’il tient déjà à peu de choses près dans Boardwalk Empire). C’est là une composition qu’il maîtrise à la perfection, même si ici l’écriture lui confère une salopardise des plus extrêmes. Il s’agit donc d’un conte de fées : le méchant se doit d’être un super méchant bien vicelard et déjanté. Excellent car repoussant, effrayant et massif.

Je ne connaissais pas Sally Hawkins.

Je ne sais trop qu’en penser au juste. Elle a une ou deux scènes très intéressantes (par exemple celle où elle se confronte à Michael Shannon), très bien jouées.

La créature est décevante par contre. Bizarrement. Pas aussi expressive que je l’espérais. Elle rappelle ce personnage aquatique dans Hell Boy, bien plus expressif pour le coup…

J’évoquais la maîtrise du scénario : effectivement, le récit se déroule de façon très fluide, à cadence soutenue et équilibrée, très agréable mais sans grande surprise. Tout est attendu. Sans doute que Guillermo del Toro a voulu insister sur cet aspect convenu de la narration, comme pour rendre hommage aux classiques du cinéma fantastique qui ont mis aux prises romantiques des monstres et des humains sortant de l’ordinaire. Mais justement, c’est un peu trop fluide et naturel : le spectateur devine toujours plus ou moins ce qu’il va se passer.

Seule véritable incertitude : le personnage joué avec beaucoup de subtilité par Michael Stuhlbarg (un acteur très sûr et fin) qui n’est pas assez central pour sauver l’histoire d’un certain ronron.

En somme, La forme de l’eau est un joli conte, tour à tour prenant quelques risques ou bien arpentant des chemins bien connus mais suivant un fil qui conduit à un bon petit spectacle.
Mini trombi:
Richard Jenkins:
Octavia Spencer:
Michael Stuhlbarg et Nigel Bennett:
Nick Searcy et Michael Shannon:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire