jeudi 24 mai 2018

La boum



1980

Titre original : La boum

Cinéaste: Claude Pinoteau
Comédiens : Sophie Marceau - Claude Brasseur - Brigitte Fossey - Denise Grey

Notice Sc
Notice Imdb

Vu en mkv

-------------------------------


J’ai revu ce film à reculons. J’osai espérer une surprise, celle de découvrir des petits trucs amusants ou attachants, de bonnes scènes de comédiens, des gags étonnants, un scénario pas trop mal foutu. En fin de compte, je n’ai pas échappé à ce semblant d’ennui que j’avais déjà éprouvé à l’époque où je l’avais vu la première fois. Je devais avoir l’âge requis pourtant.

Ce n’est pas une comédie à proprement parler, mais plutôt une chronique familiale où la jeune adolescente jouée par Sophie Marceau tient le rôle axial. A ses côtés, pour ne pas complètement ennuyer les parents spectateurs, on a ajouté de façon un petit peu artificiel des histoires d’adultère dans le couple parental. On s’y attarde beaucoup, mais tout de même les soubresauts amoureux de la petite sont privilégiés par le scénario.

Ces deux enjeux amoureux semblent évoluer en parallèle, mais se répondent l’un à l’autre, illustrant l’idée très à la mode à l’époque qu’il n’y a pas d’âge pour aimer et pour subir des chagrins d’amour, une évidence qui ne l’était peut-être pas encore en ce temps-là. On ne nous épargne pas les détails de la vie amoureuse de la grand-mère qui ne sont, heureusement, que évoqués. Les histoires qu’on nous raconte n’ont rien de bien folichon. C’est du classique, du gentiment banal. Oh attention, ce n’est pas non plus mal fichu, mais disons qu’il n’y a pas une grande tension romantique, ni de surprises. L’évolution de ces idylles restent à peu près sobres. Il y a bien quelques palpitations quand les amants sont punis, mais aussitôt fait, la marche familiale reprend son cours, comme de bien entendu. Sans heurt, le film se laisse regarder et les acteurs pas mauvais (mention spéciale pour Claude Brasseur et Brigitte Fossey) laissent une once d’intérêt.

On voit que le scénario de Claude Pinoteau et Danièle Thompson cherche à produire quelques rires par-ci par-là, mais en ce qui concerne la vis comica, l’humour y est très bof-bof, tellement de fois vu par ailleurs que ça tombe à plat à chaque fois.

Il faut également souligner que cette première apparition de Sophie Marceau

 à l’écran est néanmoins remarquable. Certes, son jeu n’est pas toujours très juste, un peu maladroit, mais elle s’en tire pas trop mal. Je m’attendais à pire.

Denise Grey

 en fait des tonnes en mamie supra cool, mais elle est plaisante au bout du compte : elle y va franco certes, elle tient bien son rôle avec une exubérance qui finit par emporter l’adhésion. Au début, je trouvais qu’elle exagérait, mais en fait je me rends compte que le rôle exigeait bel et bien cela, qu’elle aurait eu du mal à le jouer autrement. Pour les autres jeunes comédiens, c’est assez insipide, comme souvent dans ces distributions sans expériences.

Pour conclure, je crois que c’est un film qui peut encore aujourd’hui plaire à un certain public. Il illustre bien certaines difficultés des adolescentes à l’heure où elles commencent à vouloir s’émanciper de la tutelle parentale, à construire des histoires d’amour, etc.

Le film a plu et continue de plaire à celles et ceux qui l’ont vu dans leur jeunesse. Je n’ai pas cette chance. Reste que c’est un film générationnel, qui a compté pour un grand nombre à sa sortie. Je crois que la versatilité du personnage de Vic m’avait refroidi pour tout dire. Son côté chouineuse aussi me l’avait définitivement rendue un poil antipathique et du coup, l’aspect nostalgique qui peut jouer sur le plaisir de la revoyure de nos jours ne m’atteint pas non plus et me laisse toujours aussi distant vis à vis des enjeux de la trame. J’ai pourtant pu apprécier l’esthétique, les mentalités, les pratiques d’un autre temps que j’ai vécu, le temps de l’avant numérique, l’avant portable, l’avant internet…. la préhistoire en somme.

Trombi:
Claude Brasseur:
Brigitte Fossey:
Bernard Giraudeau:
Sheila O'Connor:
Alexandra Gonin:
Alexandre Sterling:
Jean-Michel Dupuis:
Dominique Lavanant:
Robert Dalban:
Jean-Pierre Castaldi:
Richard Bohringer:
Arielle Sémenoff et Jacques Ardouin:
? et Jean-Claude Bouillaud:
Robert Le Béal et ?:
Frédéric de Pasquale:
Janine Souchon:
? et Annie Savarin:
Sylvain Levignac:
Christopher Beaunay et Alain Beigel:
Jean-Philippe Léonard:
Laurent N'Diaye:
?:
?
?:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire