vendredi 27 avril 2018

La mutante



1995

Titre original : Species
Titre francophone : La mutante

Cinéaste: Roger Donaldson
Comédiens: Natasha Henstridge - Ben Kingsley - Alfred Molina - Forest Whitaker

Notice SC
Notice IMDB

Vu à la télé
-----------------------



Très amusant petit film qui a quelques airs nanarisants, notamment grâce à un scénario et des dialogues d’une bêtise drolatique et dont les emprunts éhontés à des films comme Alien ne prennent même pas la peine de se cacher.

Amusant de même parce que l’histoire, bâtie certes sur un canevas on ne peut plus classique, a au moins l’unique avantage de proposer une femme comme alien serial killeur. La jolie et mono expressive Natasha Henstridge
a des atouts néanmoins convaincants pour rester devant son écran sans trop bailler.

Quand les effets spéciaux sont bâtis sur le bon vieux latex et l’huile de méninges des maquettistes, le film prend des allures de film cronenbergien, organique, protubérant, dégueu mais jouissif.

Au contraire, quand on s’essaie à l’image de synthèse notamment vers la fin dans les souterrain, le film tombe dans le très bas de gamme et n’est pas loin d’ennuyer. Je suis d’accord avec Guillermo del Toro qui disait dernièrement qu’il n’y avait rien de mieux que les vrais corps pour incarner, quitte à le charger de maquillage et de prothèses.

Le casting aurait de quoi être alléchant avec Ben Kingsley,
Alfred Molina,
Forrest Whitaker
ou même Marg Helgenberger,
mais le scénario les enterre un à un, dans un enchevêtrement d’enjeux très approximatifs et en fin de compte sans le moindre intérêt. Dès lors, on passe son temps à rire des faiblesses gentiment ridicules du film.

Avec le temps, la nanaritude de La mutante va aller en grandissant, mais elle est d’ores et déjà très puissante. A recommander pour rire, et par curiosité, car il est assez rare qu’un nanar puisse s’offrir une telle distribution.
Trombi:
Michael Madsen:
Michelle Williams:
Esther Scott:
Gary Bullock:
Susan Hauser:
Anthony Guidera:
Whip Hubley;
Richard Fancy:
Marliese Schneider:

Aucun commentaire:

Publier un commentaire