samedi 27 avril 2013

Zero Dark Thirty


2012

Cinéaste: Kathryn Bigelow
Comédiens: Jennifer Ehle - Jason Clarke - Jessica Chastain

Notice SC
Notice Imdb
Notice Cinéprofil




J'avais un a priori plutôt négatif quant à une création de Kathryn Bigelow qui touche une nouvelle fois l'Histoire récente. Depuis le "Démineur", un peu creux ou lourdaud (dans mes souvenirs), j'étais dans une position volontiers sceptique. Mais un film ne compte pas et il me fallait continuer à voir des films de cette auteure pour pouvoir m'en faire éventuellement une idée plus précise et légitime.

Or, sans aller jusqu'à l'enthousiasme de beaucoup, j'ai été assez impressionné par la faculté de la cinéaste et de son scénariste Mark Boal à porter un récit avec à la fois beaucoup de lisibilité et une grande aisance narrative. Ils parviennent à vulgariser une histoire complexe, alors que la proximité des évènements devrait rendre la tâche bien difficile. Sans avoir l'opportunité de jouir d'un recul bien souvent nécessaire pour bien raconter une histoire alambiquée, où les informations se bousculent, où les multiples relations entre les personnages s'inter-pénètrent,  le couple Bigelow/Boal nous propose la simplification claire et posée d'une situation politique emberlificotée. Je m'imaginais à la place du scénariste à l'heure d'élaborer sa trame avec le flot d'informations qui ont circulé pour expliquer le processus qui a amené les américains à assassiner Ben Laden. Entre supputations et faits avérés, rumeurs, non-dits, secrets, informations officielles, le fatras incroyable auquel Boal a dû se colleter me parait tellement dense que je ne peux qu'applaudir devant la restitution si fluide.

Techniquement également le film est assez bien fichu. Oh, rien d'extraordinaire non plus, mais on dénote une très bonne tenue sur le plan formel qui ne se dément jamais. On peut parler de belle maitrise sur les cadrages, sur le montage, ainsi que sur le travail photographique de Greig Fraser. Le rythme est équilibré, avec les temps de respiration agréables, avec un tempo vif mais toujours garant d'une très bonne lisibilité. J'ai envie de parler de sobriété. Je ne sais pas pourquoi (sans doute des souvenirs de soleils couchants, de ralentis sur Démineur?) mais je craignais une forme un peu trop voyante, pour ne pas dire clipesque. Or, non, on reste sur un visuel proche du documentaire, mais avec cette dose d'intimité qui appartient au cinéma de fiction et de comédiens. Sans excès. Sobre, oui.

De même les comédiens n'en font pas trop des tonnes. Si, il y en a une qui abuse un peu à mon goût de ses poses et ses gestuelles si peu naturelles, c'est Jennifer Ehle :
elle a des airs qui m'ont vite monté sur la choucroute. Jessica Chastain en espionne acharnée réussit à donner à sa détermination un aspect pourtant très humain.

Dans le match qui opposait "Argo" à "Zero Dark Thirty" dernièrement, même si ce dernier n'est pas un film gigantesque, force est de constater que le jury des Oscars a de la merde dans les yeux. Allons, y a pas photo.

Trombi:
Jason Clarke:

 Reda Kateb:

Kyle Chandler:

Harold Perrineau:

Fares Fares:

Homayoun Ershadi:
Yoav Levi:

Mark Strong:

Jessica Collins:
Fredric Lehne:

Édgar Ramírez:

Daniel Lapaine?

James Gandolfini:

Stephen Dillane:

Callan Mulvey:

Joel Edgerton:

Chris Pratt?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire