mercredi 27 juin 2012

Moonrise Kingdom



2012

Cinéaste:Wes Anderson
Comédiens:
Jared Gilman -Kara Hayward -Edward Norton -Bruce Willis -Bill Murray -Harvey Keitel

Notice Cinéprofil
Notice de Jack Sullivan
Notice Imdb
Vu en salle

Et voilà, encore un film de Wes Anderson que j'adore! J'avais un bon pressentiment, je m'attendais à cela et cependant je suis surpris que cet auteur réussisse la gageure de me toucher à chaque fois, d'autant plus que son style tellement particulier se dégage d'une esthétique si ostentatoire, si outrancière que je peux comprendre que certains le ressentent comme inaccessible.

Il y a bien évidemment une mise en forme très géométrique, rectiligne, sans circonvolution ; tout passe par des lignes horizontales ou verticales ; le film trace des perpendiculaires à tel point que tous ces angles droits donnent l'impression de lire une bande dessinée. Cette sensation, linéaire, est surlignée par des postures assez académiques des personnages, des mouvements de caméra, des cadrages qui enferment les acteurs dans un certain classicisme, voire une sorte d'immobilisme proche de la lecture papier. Souvent on a également le sentiment d'être devant un tableau. Dans tous les cas, la notion de cadre apparait comme centrale. Évidente, elle coule de source.

L'autre versant qui caractérise l'image des films d'Anderson semble être cette colorisation extrêmement étudiée que l'on retrouve de film en film. Je ne suis que très loin d'être sûr de moi, mais j'ai pensé autant à Edward Hopper qu'à Jacques Tati. Je n'arrive pas à trouver ces filiations totalement justifiées, mon inculture graphique l'interdisant formellement, m'enfin, elles sont là, elles trainent dans ma tête et ne veulent pas en partir.

Il n'en demeure pas moins que cette mise en image sophistiquée explique pour une large part l'immense plaisir cinéphilique que j'ai ressenti. Ce sentiment de satisfaction mêlée de jubilation qu'on éprouve pendant la projection dans le noir de la salle, un plaisir pur de cinéma, devant un film qui ressemble à un film : voilà pourquoi j'aime aller au ciné!

Cette image aussi belle et bien pensée soit-elle, elle a tout de même la nécessité de coller à une histoire et des personnages, si ce n'est intéressants, au moins émouvants. Or, c'est une nouvelle fois la cas avec ces deux gamins, adultes trop tôt pour pouvoir s'intégrer aux autres, mais assez tôt pour s'engager l'un vis à vis de l'autre et vouloir construire leur truc à deux, comme des grands, pour fuir un monde qui ne les autorise pas à être ce qu'ils sont. Étonnant comment ils finissent par apparaitre comme les personnages les plus matures, les plus sûrs d'eux et les plus convaincants finalement, allant jusqu'à vaincre le scepticisme des adultes qui les entourent.

Certes, cette histoire n'est pas bien originale : les deux tourtereaux sont seuls au monde et auront raison de l'univers parce qu'ils s'aiment. Néanmoins, elle a le suprême avantage de sonner comme une évidence, aussi fraiche que les éléments de la nature qui environnent les enfants.

Malgré les poses des personnages, l'artifice des mouvements et de la mise en scène, la nature se voit accorder une large place, elle reprend à plusieurs reprises ses droits, sous forme de pluie ou de torrent, ou bien dans l'épaisseur et l'humidité de la forêt. Organique, le film l'est un peu ; étrange balancement entre chair et poésie.

Tout comme la simplicité des sentiments parait côtoyer avec pudeur des problématiques plus sévères. Tout comme l'aspect burlesque et comique peut brusquement laisser place à la crainte du sang et du tragique. Pas si simple, en fait, cette bluette contient son lot de lourds secrets et de doutes à décortiquer et se révèle de plus en plus futée.

Un très joli film, avec un cœur blessé et fragile mais doté d'une vision positive, une marche en avant salutaire.

Mini trombi:
Kara Hayward:

Jared Gilman:

Edward Norton:

Bill Murray:

Tilda Swinton et Bruce Willis:

Jason Schwartzman:

1 commentaire:

  1. D'autres avis à lire ici:
    http://eightdayzaweek.blogspot.fr/2012/05/moonrise-kingdom.html

    RépondreSupprimer