vendredi 18 mai 2012

Sur la piste du Marsupilami



2012

Cinéaste:Alain Chabat
Comédiens:
Jamel Debbouze -Alain Chabat -Fred Testot -Lambert Wilson -Géraldine Nakache -Liya Kebede

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en salle

Faut-il parler de déception dans la mesure où je peux difficilement dire que j'avais misé énormément sur ce film?

Évidemment que le public visé ne correspond pas trop à ma pomme. C'est un film pour les enfants avant tout.

Toutefois, j'osai espérer peut-être un film plus percutant de la part d'Alain Chabat. Oh, il n'est pas mauvais mais souffre de déséquilibres assez contrariants notamment de préjudiciables baisses de rythme, caractéristiques plutôt inattendues pour l'ancien "Nul".

Un film moyennement maitrisé et doté de quelques scènes hilarantes permet donc de faire passer à un adulte un agréable moment, somme toute. Et puis les gamins adorent et c'est bien là l'essentiel.

On a par conséquent tout intérêt à prendre ce film pour ce qu'il est : un film d'acteurs où Lambert Wilson

fait un numéro exceptionnel, où Jamel Debbouze et Alain Chabat
forment un tandem vraiment succulent et où la face rondo-vicelarde de Patrick Timsit me ravit.

Quel dommage que la comédie s'assoupisse ainsi de temps en temps pour des raisons inconnues! Le film aurait pu être pétaradant et jouissif de bout en bout, il est parfois drôle et parfois très inerte.

Mini trombi:
Géraldine Nakache et Fred Testot:

Liya Kebede (au centre):

7 commentaires:

  1. Impressive photos, have a great day!

    RépondreSupprimer
  2. Nom d'un Chien26 mai 2012 à 10:13

    Oui, c'est parfois pernicieux, mais la perte sournoise de quelques neurones vient à tiédir l'enthousiasme et la jubilation. On gros : on ne comprend pas tout, on ne perçois que la surface. On ne s'en rend hélas pas compte directement, sauf par des signes et des témoignages extérieurs du genre du genre "Eh papy, fais gaffe avec ta canne, tu viens d'embrocher 3 gamins dans la file d'attente", ou encore "tu marches sur ton pop-corn". Un film destiné aux enfants (comme tu le décris) devrait être "Tabou" à une certaine forme de jugement inadapté. Se pose alors la question : "Quand vais-je pouvoir le voir avec mes yeux d'enfant?" La réponse est bien sûr, jamais plus... Maigre compensation : le Papé a une bonne trique, bien sèche et noueuse, qui lui permet de penser encore, quand tout fout le camp par la haut. Une autre façon de voir les films.

    RépondreSupprimer
  3. La perte de quelques neurones tendrait plutôt à échauffer les sens à la vue du moindre spectacle. Le jugement s'érode. La vision des choses s'affadit. On applaudit quand un quidam se viande méchamment sur une peau de banane dans la rue, on s'émeut d'un discours mielleux d'un politicien tactico-émotionnel ou bien on sourit béatement devant une prime-time de TF1.
    Au contraire, l'âge venant on considère la moindre bouse avec l'indulgence des innocents. La sénilité gagne toujours à la fin. On bave, on se fait dessus, on retombe en enfance. Moui... l'exact opposé que vous annoncez est bien malheureusement à nos portes. toc toc.

    RépondreSupprimer
  4. Nom D'un Chien26 mai 2012 à 15:17

    Désolé Mr. Alligator, mais s'en prendre aux personnes qui ont 1 gramme de talent (Mr. A.Chabat) me semble être une méprise facile. Une perte de temps, une erreur. C'est tout du moins ce que j'en pense. Il y a bien d'autres cibles plus méritantes à être analysées. Surtout que vous n'avez aucun droit légitime de juger un film que vous classez "à destination des enfants" car vous n'avez plus le regard et l'aptitude pour cela. Il faudrait vous faire accompagner par le jugement complémentaire d'enfants. Ce serait alors une démarche plus appropriée car personne n'est universel. Il y aurait même une forme de sérieux à travailler si justement.

    RépondreSupprimer
  5. Et vous, où avez-vous trouvé le droit légitime de juger ce qui est une erreur ou pas de ma part, si Alain Chabat a un gramme de talent ou deux ou trois, si j'ai ou pas le regard et l'aptitude d'un enfant? Je vois là le regard condescendant, excusez ma franchise, un brin simpliste et peut-être même pathétique d'un candidat au naïf projet de juger des autres d'une hauteur tout aussi factice qu'une tour biblique.
    J'ai le droit, tous les droits, en ce qui concerne mon propre jugement, mon propre ressenti sur un film et ce qu'il m'a fait éprouver. Et votre grandeur, daignez que je m'assois également sur votre argumentaire à deux balles car je n'ai de compte sur ce sujet qu'à ma pomme, et non à la vôtre, ce qui me parait à l'évidence la démarche la plus rationnelle et la plus appropriée.

    RépondreSupprimer
  6. Heureusement il y a de bons films qui nous permettent de croire que nous avons toujours ces yeux d'enfants... Et ceux-là je suis sûr que notre bon Alligator les aime...

    RépondreSupprimer
  7. Merci ma poule! Un peu de tendresse, dans ce monde de brutes!

    RépondreSupprimer