lundi 12 mai 2014

Le loup de Wall Street



2013
Alias: The wolf of Wall Street
Alias: Le loup de Wall Street

Cinéaste:Martin Scorsese
Comédiens: Leonardo DiCaprio - Jonah Hill - Matthew McConaughey

Notice SC
Notice Imdb

Vu en dvd



"Le loup de Wall Street" est un savoureux opéra farceur, plein d'éclat. Alors certes, on n'est pas devant un très grand Scorsese, le film peinant à briller par son esthétisme et même par sa profondeur, encore que je me sens prêt à revoir ce jugement.

Plus le temps passe et plus le regard politique du film gagne en évidence à mes yeux. En tout cas, Martin Scorsese a indéniablement eu l'envie de se faire une comédie, une pochade bien grossière avec des personnages crétins et vulgaires à foison, comme s'il avait eu l'idée de faire un Apatow ou McKay. Martin Scorsese est assez cinéphile pour apprécier le cinéma de genre et de vouloir s'y colleter. Après "Shutter Island", film noir, flirtant avec le fantastique, à l'esthétique gothique, il est clair qu'avec ce conte immoral, Scorsese a l'opportunité de se frotter à la comédie grasse et percutante. D'abord dans une certaine mesure, la filiation avec une autre comédie, "Les affranchis" est inévitable. Impossible de ne pas comparer : la trajectoire du groupe, de cette mafia de traders rappelle celles des malfrats italiens.

Quand je lis certaines critiques vilipendant un déclin putatif de Scorsese, j'ai bien du mal à ne pas pouffer devant la posture snobinarde et un brin condescendante. C'est souvent le cas avec les grands réalisateurs, d'adulés ils finissent par subir le courroux sans grand argument rationnel de leurs premiers fans. C'est de bon ton. Le succès peur rendre laid pour certains critiques. Question de posture intellectuelle. Comme si "les affranchis", "gangs of New-York" ou "After Hours" n'avaient pas le côté débridé, fantasque et même vulgaire que ce Loup de Wall Street met en exergue avec peut-être plus de verve, d'insistance. Mais comment reprocher à une farce d'être une farce, d'utiliser des personnages gras, de la grimace, d'être excessive, grossière, adipeuse et pétante? C'est sa nature même!

Si encore le scénario n'était pas maîtrisé, déséquilibré, insensé, je pourrais comprendre qu'on chouine, mais ici encore Scorsese tient toujours aussi bien les rênes de son récit. Quelques fois, les envolées absurdes des dialogues peuvent éventuellement faire penser que certaines séquences sont de véritables sketchs comiques, mais finalement à la longue, le récit livre une histoire tout à fait cohérente, la lecture donne un sentiment de continuité se dégageant de la narration.

Surtout la jubilation de tous les acteurs se répand très vite. On les sent heureux comme des gamins à jouer ces personnages hors norme, de plus en plus désinhibés, papillonnant de délits en interdits, les doigts dans les chattes et les nez dans la coke, piaillant toutes les grossièretés possibles et inimaginables. C'est l'heure de la récré. Uncensored ever! Tout est permis! Y a-t-il un autre pays aussi coincé pour générer une telle avidité matérialiste à transgresser? Les enfants ont quartier libre : sexe, drogues et trading à tous les étages.

Et cette gourmandise insatiable, ce no-limit holdem se lit sur l’œil inquiétant de Jonah Hill. Ses dents blanchies, idée à première vue ridicule, sont celles d'un lapin sorti du chapeau d'un magicien.

Celui qui tient la baguette de ce capharnaüm joyeux et pervers est bien entendu un Leonardo DiCaprio étonnant, totalement libre de grimacer, d'éructer, de se déformer la gueule comme un loup, non de Wall Street, mais bel et bien celui de Tex Avery devant une jolie pépée. Cartoonesque farce, vous dis-je! Il lâche tout. L'élastique a pété. Ma femme a, je crois, la bonne analogie pour décrire le travail de Di Caprio sur ce film : il est Jacknicholsonien! Faire aussi bien le fou, habité par sa foi dans le système ultra-libéral américain, dans le dieu dollar, n'est pas chose aisée. Au contraire, le précipice vers le vautrage, vers l'excès d'excès est à ses pieds. Et pourtant, il arrive à ne jamais plonger dans cet abîme. Il est à la fois grotesque et crédible. Il m'a encore une fois épaté. Maintenir ce niveau d'exigence dans la folie mégalo de son personnage tout en conservant une part de réalisme est un boulot d'acteur tellement difficile, ce putain de fil qui demande plus que du talent d'équilibriste, il lui faut une solide filmographie sur les épaules et une confiance impressionnante. Je crois bien qu'il atteint le très haut, avec une jouissance communicative.

Pour les autres comédiens, ce scénario est très généreux. Il y a un grand nombre de scènes qui pourraient devenir anthologiques, des sommets d'extravagances dans le propos ou dans les dialogues. Là encore, on voit trop bien où Martin Scorsese est allé chercher ce cinéma : Wylder, Fellini, Edwardes, Tarantino, Apatow sont les premiers noms qui me viennent instantanément à l'esprit. A force de penser à ce film, je me rends compte qu'il m'évoque de plus en plus de films, de références, que son discours est de plus en plus riche, alors qu'il m'a jeté à la figure un sot d'immondices a priori.

Ensuite, il devient évident que le film dit bien davantage que ce qu'il montre avec tant de grossièreté. La critique du libéralisme, de sa philosophie égocentrique et amorale est la première, la plus visible.

Encore que la superbe écriture de Martin Scorsese peut également être lue comme un panégyrique du système faisant de ces crétins des héros modernes de la liberté, du libertarisme tel qu'il est parfois prôné comme des parangons de l'ultra-libéralisme, niant le caractère pluraliste ou collectif de la démocratie, de l'ordre gouvernemental ou du droit, des règles de vie commune élémentaire que sont les lois. Mais cette anarchie du nombril, du moi énorme, est si grandissante qu'elle enfante d'un portrait turgescent, parasite et finalement mortifère.

Cette histoire de traders sauvages, malhonnêtes, est contée de leur point de vue. Le monde réel est un décor, quelque chose qui reste extérieur à leur mode de pensée. Comme s'ils étaient membres d'une secte, isolés du reste du monde, ils fonctionnent en vase clos. Scorsese nous installe parmi eux, et nous montre avec force comment cette perversion de la réalité s'instaure peu à peu, comment l'idéologie qui préside à leurs actes tord le réel à leur convenance jusqu'à une limite difficile à comprendre pour eux et qui n'en est que plus cruelle. Ils nient le reste du monde, aussi est-il bien difficile pour les protagonistes de revenir sur terre. L'aspect sectaire est plusieurs fois mis en lumière par cette mise en scène, les grands discours mobilisateurs du gourou DiCaprio et le besoin maladif d'être plus fort que le système, que la société etc. De fait, Scorsese assène ses coups au règne de la bourse, à l'idéologie capitaliste sans garde-fou.

Pas étonnant que ce film existe aujourd'hui. Il est évidemment le film des récentes crises financières successives qui ont bien plus fait de mal au libéralisme en 20 ans que l'idéologie communiste en un siècle. C'est un film régurgité par la crise économique actuelle, par les krachs boursiers, par la crise des sub-primes, par les scandales bancaires, par la dématérialisations des produits financiers, et j'en passe des pires événements économiques de ces dernières décennies. Comment peut-on passer à côté de ces évidences? Et donc de cette nécessité, de cette virulence, de l'obscénité de ces inégalités nées du système libéral?

Entre le plaisir tout bête du spectateur à regarder ce festival de clowneries de mauvais goût auquel les acteurs se livrent sans vergogne et la critique idéologique de l'ultra-libéralisme, le film ne peut pas être balayé du revers de la main. Si ce n'est pas un grand Scorsese, il demeure tout de même une oeuvre bien maîtrisée, intelligente, d'une belle acuité malgré ses apparences vulgaires. J'aime beaucoup et j'aurai surement encore du plaisir à revoir ces bouffons malades se vautrer dans leurs illusions.

Trombi:
Matthew McConaughey:

Margot Robbie:

Kyle Chandler:

Rob Reiner:

Jon Favreau:

Jean Dujardin:

Joanna Lumley:

Shea Whigham:

Jon Bernthal:

Cristin Milioti:

P.J. Byrne:

Kenneth Choi:

Brian Sacca:

Henry Zebrowski:

Jake Hoffman:

Bo Dietl:

Jon Spinogatti:

Stephanie Kurtzuba:

Stephen Kunken:

Robert Clohessy;

?

?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire