lundi 13 avril 2009

La tourneuse de pages



2006
alias : The page turner

Cinéaste : Denis Dercourt
Comédiens : Catherine Frot - Déborah François - Pascal Greggory - Jacques Bonnaffé

Vu en salle

-----------



La reconstitution de la froide mécanique d'un vengeance passe difficilement à côté d'une mise en scène et de personnages tout aussi glaciaux.
On est tout de suite dans le bain avec la petite Julie Richalet à l'attitude rigide, torticolienne qui la voit tourner tout le corps pour tourner la tête. Déborah François, qui joue le même personnage, adulte, adopte la même posture mort-vivante, la chevelure lisse et plaquée, la face rarement souriante, le teint pâle, cadavérique. Elle n'est pas la seule. Tous les personnages sont avares d'expressions, cadenassés dans une communication restreinte et peu chaleureuse. Et ce, tout le long du film.
Peut-être perdent-ils en crédibilité, en véracité?

Alors on suit l'évolution de cette jeune femme, nous savons qu'elle va se venger, qu'une grande violence bouillonne en son sein (qu'elle a joliment laiteux d'ailleurs, forcément) depuis son plus jeune âge (couvercle du clavier). Pourquoi? Aucun élément ne permet de comprendre, alors nous nous contentons de chercher à décrypter ses actes pour en connaître le dénouement.

C'est bien fait, honnêtement filmé pour illustrer son propos, le réalisateur décortique bien les événements, à défaut de préciser ses personnages. On prend son temps. Lentement mais sûrement, le personnage place ses pions sur son échiquier vengeur. Et après? Une fois que le générique final défile, il reste quoi au juste? Bizarrement pas grand chose, si ce n'est tout de même une Catherine Frot encore une fois impeccable. Sur une ou deux scènes, elle frôle la perfection, jouant le trac à merveille par exemple, ou bien le tumulte et le désarroi. Face à sa copine Clotilde Mollet, elles sont toutes deux d'une belle justesse quand le désespoir et la peur se font cruellement bien trop pesants.

Sinon, le film laisse peu d'empreintes. Un film de tension sans réelle portée finalement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire