samedi 7 novembre 2009

Columbo : Troubled waters



alias: Columbo : Eaux troubles
1975
Saison 4, épisode 4

Réalisateur: Ben Gazzara
Comédiens: Peter Falk - Robert Vaughn - Jane Greer - Bernard Fox - Patrick Macnee

Notice Imdb



Un des plus célèbres Columbo, notamment en raison de son unité de lieu, schéma si classique de la littérature policière : l'enquête lors d'une croisière.

A la Christie en somme. L'influence anglaise de cet épisode ne se limite pas à cela. Bernard Fox et Patrick Macnee donnent une heureuse touche britannique. Même si c'est plaisant de retrouver la bouille de John Steed, on regrettera cependant qu'elle soit si peu souriante.

Dans le rôle du capitaine il maintient une stature grave qui ne rappelle en rien la malice et l'humour du chapeau meloné. Fox est beaucoup moins présent que lors de sa première participation à la série (S.O.S. Scotland Yard) où il figurait un inspecteur chef de Scotland Yard.

Le scénario et la mise en scène par contre mettent parfaitement en valeur un Robert Vaughn royal. Ce type m'épate. Il est en tout point élégant, classieux et d'une froideur effarante. Son assurance et la sourde violence qui sommeille dans son regard sont très impressionnantes.

Impeccable du début à la fin, j'applaudis et fais une standing ovation à moi tout seul. Sans doute livre-t-il là l'une des (si ce n'est "la") meilleures prestations d'assassin de toute la série. Ebouriffant.

D'ailleurs le téléfilm n'est-il pas décoiffant au sens capillaire du terme? Difficile au milieu de l'océan d'échapper aux facéties d'Eole.

On notera également que les conditions de tournage ont été encore plus difficiles pour le chef-opérateur William Cronjager : de nombreuses séquences sont floues.

Sans doute n'y avait-il pas toujours la possibilité technique de s'assurer de la netteté des plans? Ou bien l'alcool coulait-il si à flots que le directeur de la photographie a sombré dans l'ivresse des profondeurs de champs? Car s'il est un aspect formel qui a joliment retenu mon attention, ce sont bien tous les plans filmés de loin mettant en exergue deux opposés : soit la foule et le confinement de ces petits espaces, soit la solitude des personnages dans ces grandes salles vides.

Les effets de contraste avec un même procédé m'ont bien plu. Cela change évidemment des gros plans qui garnissent les épisodes d'habitude. Bon point donc pour l'audace de Ben Gazzara requise à l'heure d'investir pleinement le cadre inhabituel de cette intrigue.

A noter la présence d'une grande actrice, Jane Greer, la Kathie Moffat de La griffe du passé de Tourneur, la Joan Chiquita de Ça commence à Vera Cruz ou encore l'Antoinette de Mauban du Prisonnier de Zenda (version 1952).

La plupart du temps, un très bon épisode est pourvu d'un très bon dénouement. Celui-ci est inattendu et imparable pourtant, d'une savoureuse intelligence, comme souvent dans la série.
Trombi:
Poupée Bocar :

Dean Stockwell:

Robert Douglas :

Susan Damante:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire