jeudi 8 décembre 2011

Die Stewardessen



1971
Alias: Les hôtesses du sexe
Alias: Les stewardesses
Alias: Naked Stewardesses
Alias: Sweet Sensations
Alias: The Swingin' Stewardesses

Cinéaste: Erwin C. Dietrich
Comédiennes: Evelyne Traeger - Margrit Siegel - Ingrid Steeger

Notice Imdb
Vu en dvd


Je crois que cela faisait très longtemps que je n'avais plus vu un aussi mauvais film. Certainement dans mon top10 des pires films qu'il m'ait été donné de souffrir de toute ma vie. Il n'y a absolument rien qui rattrape quoique ce soit. C'est nul de A jusqu'à Z. D'habitude, je trouve toujours quelque chose à me mettre sous la rétine. Sur ce film, c'est impossible. Que dire? Pfff, c'est un film qui se voudrait érotique mais qui n'explore rien et ne suscite aucun début d'émoustillement tant c'est mal écrit, mal filmé, mal joué et vide, un film érotoque. En fait, IMDB mentionne "Adult" dans les genres, j'imagine que le format original est donc pornographique, mais en ce qui me concerne j'ai vu là la version érotique uniquement. Et elle est d'une insignifiance crasse.

On voit bien que Erwin C. Dietrich se croit réalisateur. Il tente des trucs qui s'avèrent maladroits, voire grotesques. Par exemple, on a droit à un montage très bizarre sur une scène. On y voit la poitrine et le ventre d'une des jeunes femmes ; ces images sont entrecoupées de séquences alpestres, avec berger, montagnes et cul de vache mastiquante. Ahurissant quand on sait que la demoiselle est à Zurich.


Parce que le film est également une espèce de dépiant touristique mal foutu. Chaque hôtesse de l'air se faisant sauter dans une ville différente : Zurich, Munich, Rome, Copenhague, etc. On bouffe donc de la pelloche touristique niaise et totalement insipide à chaque nouvelle destination. Quel ennui!

Paasons également sur les acteurs, tous, sans exception, sont extrêmement mauvais et pas loin d'être laids. Ils sont sans vit, inertes, flasques et inconsistants, proches de la limace que du genre humain en fin de compte, ne provoquent qu'ennui et consternation chez le spectateur. Pas la moindre émotion, ni sympathie, encore moins d'excitation. Platitude éternelle, amen.

Mini trombi:
Margrit Siegel:

Ingrid Steeger:

Andreas Mannkopff et Evelyne Traeger:

Raphael Britten à droite:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire