vendredi 23 décembre 2011

Die Spinnen, 1. Teil - Der Goldene See



1919
Alias: Les Araignées - Le lac d'or

Alias: The Spiders, Part 1: The Golden Lake

Cinéaste:Fritz Lang
Comédiens
:Carl de Vogt -Ressel Orla -Georg John -Lil Dagover

Notice Imdb
Notice Cinéprofil
Vu en dvd


Ayant vu les deux films l'un à la suite de l'autre, j'aurais bien du mal à jeter un regard très distinctif sur l'un plus que sur l'autre. M'enfin, je vais m'y efforcer, notamment en essayant de me rappeler mes premières impressions. Je sais tout de même que j'ai eu beaucoup moins de mal à suivre le premier chapitre que le second.

Par bien des aspects je dirais volontiers que ce premier élément emprunte bien davantage à la culture populaire des serials américains. Le goût du film est plus proche du héros Kay Hoog (joué par Carl de Vogt).

Le lien avec ses aventures exotiques fait immanquablement penser à Indiana Jones mais peut-être plus encore à Tintin. Les similitudes avec beaucoup d'albums d'Hergé laisseraient à penser qu'Hergé a été très influencé par cette culture populaire et peut-être spécialement par les films de Fritz Lang.

La piètre connaissance des peuples sud-américains peut expliquer également la part de fantasmes et de mystère que Fritz Lang met sur cette peinture pour le moins baroque et chargée de ces étranges habitants. Sans doute faut-il y voir avant tout un moyen de créer un spectacle grandiose, effrayant en même temps que majestueux.

On croirait reconnaitre aussi certains aspects esthétiques chers au cinéaste allemand et qu'on retrouve dans "Les Nibelungen", chez Attila et ses Huns par exemple, une sorte d'État encore un peu sauvage, une ébauche de civilisation, primaire et périlleuse pour les occidentaux qui s'y perdent, un État où la nature impose formellement sa marque dans la pierre ou dans les habits.

De là l'exotisme que la mer, les forêts denses, les plages aux rochers escarpés ou les grottes envahies de fumerolles assassines condensent de façon si prégnante dans le récit.

On est encore et toujours dans le serial, car on enlève des femmes, des sociétés de criminels se tapissent dans l'ombre dissimulées derrière des parois escamotables, de grands espaces s'ouvrent à des cavalcades endiablées de cow-boys, des ballons dirigeables permettent d'échapper à l'ennemi, des serpents sont prêts de tuer de doulces demoiselles sans défense, etc.

Kay Hoog, le Tintin ou Indiana de Lang, passe son temps à parcourir le monde pour mettre à bas le plan des "Araignées", une mafia internationale dont l'un des leaders se trouve être une femme machiavélique Lio Sha (Ressel Orla).

Sur le papier, cela constitue un programme alléchant, plein de promesses, de rebondissements, d'évènements mouvementés et rocambolesques, or, on s'aperçoit que Lang laisse parfois durer trop longtemps certaines scènes, alourdissant du même coup le rythme de l'action. Aussi, très souvent, me suis-je ennuyé. Il faut concéder que les temps de lecture des films ont bien entendu considérablement évolué et que notre capacité d'absorption du récit s'est tellement amélioré de nos jours qu'on peut finir par trouver le temps long durant pas mal de séquences. C'est un peu triste, m'enfin, il ne sert à rien de se le cacher.

Lil Dagover:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire