mercredi 7 septembre 2011

X-men : First class



2001
Alias: X-Men: Le Commencement


Cinéaste:Matthew Vaughn
Comédiens:
James McAvoy -Kevin Bacon -Michael Fassbender -Rose Byrne

Notice Cinéprofil
Notice Imdb
Vu en dvd


Ce préquel ultime a fort belle gueule avec son scénario très sage mais également équilibré, d'une belle cohérence notamment par rapport aux films précédents de la franchise, avec une mise en scène très sobre et efficace à l'image des deux premiers X men et puis avec une très jolie brochette de jeunes et bons comédiens. Avec ce résumé succinct, je voudrais signifier que le film est un bon divertissement, qui n'invente rien mais tente avec soin et respect de s'inscrire dans une lignée à la fois élégante et sûre.
Œuvre peu originale donc, mais qui a pour objectif de mettre en forme les fondations de la série avec le plus de clarté, de lisibilité possible, tout en maintenant un niveau de spectacle et de performance visuelle important. L'ambition est somme toute, à bien y réfléchir, assez mesurée et peut-être limite le film à cette portée quasiment didactique. M'enfin, comme le résultat donne quelque chose de plaisant, il serait malvenu de chouiner. Cela serait d'autant plus injuste que la facture est plutôt bonne.
Il faut insister sur le choix judicieux qui a prévalu dans la distribution des rôles.
Le jeu de James McAvoy,

jeune homme qui aura sans doute du mal à cacher sa ressemblance avec Russell Crowe, semble particulièrement sûr et donne à son personnage l'élégance aristocratique nécessaire avec assez de sobriété pour briller.
La complexité du jeune Magnéto a de quoi faire peur en lisant le scénario. Pourtant, Michael Fassbender

s'en tire haut la main. Il l'incarne avec beaucoup de justesse et propose un personnage tout à fait réaliste, écorché, avide de vengeance, mais encore humain. Ces deux gars m'ont marqué.
J'avoue que quand la libido s'en mêle, elle peut prendre le dessus sur ma cervelle. Je peux alors distinguer dans la foule l'attrayante plastique de January Jones,
blonde et dure, mais aussi glacée que son personnage s'en donne l'air : frais et subtil minois qui s'imprime pour longtemps sur ma mémoire bistouquettale. Ben oui, ça fait aussi partie de la vie!
A ses côtés, la brune Rose Byrne
émerge également mais dans une discrétion qui n'en dispense pas moins une certaine chaleur dans mon palpitant. Latine lovée, son regard est enchanteur.
La vanille-chocolat proposée par ses deux demoiselles me ravit la prunelle.

Face à un tel enchevêtrement de personnages, jeunes, immatures, à l'adolescence mutante explosive, le film devait faire face au risque majeur de partir dans tous les sens (du terme), de s'emmêler les pinceaux et d'aboutir à une bafouille obscure, un discours abscons, illisible et chargé. Or, le scénario et le montage assurent un rendu très équilibré, presque léger, en tout cas parfaitement compréhensible, même pour ceux qui connaissent peu ou prou la mythologie X men.
Il en découle un visionnage très agréable, sans accroc, ni ennui, un sentiment de légèreté que l'on ne doit pas non plus assimiler à de la vacuité. En aucun cas.
Un bon petit film d'aventure, de science-fiction pétaradante et classieuse.
Trombi:Kevin Bacon:

Jennifer Lawrence:

Beth Goddard:

Oliver Platt:

Álex González:

Jason Flemyng:

Zoë Kravitz:

Nicholas Hoult:

Caleb Landry Jones:

Edi Gathegi:

Lucas Till:

Ray Wise (au centre):

James Faulkner:

Michael Ironside:

Hugh Jackman:

Rebecca Romijn:

Glenn Morshower:

Matt Craven et Don Creech:

Ludger Pistor:

Wilfried Hochholdinger:

Rade Serbedzija:

Olek Krupa et Yuri Naumkin?:

Éva Magyar (au centre):

Annabelle Wallis:

Carlos Besse Peres:

Sasha Pieterse:

2 commentaires:

  1. Merci beaucoup de nous offrir des images aussi belles et aussi pertinentes.
    J'en profite pour vous souhaiter de Joyeuses Fêtes.
    A bientôt
    Jalyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, joyeuses fêtes à vous également!

      Supprimer