mercredi 17 novembre 2010

Columbo - Fantasmes



1989

Titre original : Columbo - Sex and the married detective
Titre francophone : Columbo : Fantasmes

Saison 8, épisode 3Réalisateur: James Frawley
Comédiens: Peter Falk - Lindsay Crouse

Notice Imdb
Vu en dvd




Un sentiment mitigé m'anime à la fin de l'épisode. Je reste partagé entre une histoire bien échafaudée, à la solide charpente faite d'une histoire d'amour trompé avec un vertige de la double personnalité et la peinture trop caricaturale du milieu de la sexothérapie.

Commençons donc par le bon grain : une psychothérapeute spécialisée dans les problèmes amoureux et sexuels, sans doute inspirée par la vague de sexologues célèbres outre-atlantique qui ont émergé dans les années 80 (telle la fameuse Dr Ruth) se voit trompée et humiliée par son copain.

Elle le supprime grâce à un plan machiavélique dans lequel elle s'amuse à incarner une call-girl de luxe, mystérieuse et sensuelle. Le personnage interprété par Lindsay Crouse

que je ne connaissais pas est très intéressant, fouillé, complexe et somme toute attachant. D'ailleurs, Columbo lui même avoue dans un élan compassionnel avoir compris son geste. La relation qu'il noue avec elle est une des plus délicates qui soient dans la série. Nous n'avons pas l'heur de véritablement le voir affronter un adversaire infecte et arrogant comme souvent. Elle joue sa partition juste pour sauver sa peau et sans doute Columbo lui en sait gré quand il fait preuve de cette attention finale. La dernière scène est à ce propos assez émouvante. Au coin du feu, cette femme demande, espère de ne pas avoir déçu le lieutenant. Et tendrement, il la réconforte.

Ce qu'elle craignait le plus et c'est sans doute ce qui est le plus troublant, c'est de perdre sa personnalité, de préférer être son double, celui qu'elle a endossé pour son meurtre puis pour proposer des fausses pistes à Columbo. La question de la perte d'identité dans le jeu, ici celui du fantasme est intéressante même si elle manque un tout petit peu de contenance en partie parce que la comédienne ne réussit pas à transcender son rôle. Un poil de personnalité ou de charme en plus et le tour eut été joué. Malgré tout, sa prestation est correcte. Difficile à mener sans tanguer vers la vulgarité ou les clichés.

D'autant plus que le domaine de la sexologie (ou sexothérapie) est prompt à susciter fantasmes, grivoiseries, ricanements et autres comportements stéréotypés. Et d'ailleurs, le scénario ne nous épargne par de tomber dans ces travers en dépeignant l'entourage, les collègues psy de Crouse comme des types plus ou moins équilibrés, plutôt infantiles, incapables de gérer leurs affects et leurs désirs, quémandant à Columbo ses conseils avisés. Certes, l'effet comique dû à un renversement de valeurs est l'objectif principal mais finalement cela apparaît un peu grossier et simpliste. C'est dommage mais n'empêche pas, heureusement, le spectateur de siroter un épisode de grande valeur, bien écrit et subtil.

Trombi:
Julia Montgomery:

Peter Jurasik:

Ken Lerner:

Stephen Macht:

Dave Florek:

Harry Johnson:

Pierrino Mascarino:

Stewart J. Zully:

Leeza Vinnichenko:

? et ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire